Franco-Etrangers Index du Forum

Franco-Etrangers
Vivre en France en famille

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Site Meter
Europe : Les Vingt-Sept cherchent-ils principalement à mieux intégrer leurs immigrés ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Franco-Etrangers Index du Forum -> couples et familles binationales -> La lutte entre les Etats membres et les Institutions Européennes sur le respect du droit de vivre en Europe en famille
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Lun 3 Nov - 08:07 (2008)    Sujet du message: Europe : Les Vingt-Sept cherchent-ils principalement à mieux intégrer leurs immigrés ? Répondre en citant

Les Echos de ce jour sur la conférence de Vichy "sur l'intégration des immigrés en Europe". Cet article a le mérite d'être très clair pour informer les décideurs français, du moins ceux qui n'étaient pas déjà au courant. On commence à parler des conjoints de Français ainsi que de "disposer d'immigrés mieux intégrés culturellement et économiquement, tout en leur limitant l'accès au territoire français" ...

6 mois d'attente sans possibilité de saisir la justice pour une formation en langue française de 40 heures lors de la demande de visa de conjoint de Français ... et les budgets d'intégration une fois en France en chute bien plus vertigineuse encore que le Krach boursier : 195 millions en 2007, 78 millions en 2008.

Ce n'est même plus : "la France, aime la ou quitte la", c'est bel et bien devenu "la France ne t'aime pas, n'y viens pas, quitte la".

Extraits :

- Deux sujets devraient faire l'objet d'un débat approfondi : l'apprentissage de la langue et l'accès à l'emploi, qui font partie des « besoins élémentaires pour s'intégrer », selon le ministère de l'Immigration.

- Quelque 361.450 personnes au total, dont la plupart sont des conjoints de Français ou des personnes migrant dans le cadre du regroupement familial, ont signé ce contrat, qui instaure des droits mais aussi des devoirs. Ainsi, une connaissance minimale de la langue française, dont le niveau sera évalué depuis le pays d'origine, donc avant l'entrée en France, sera exigée à compter du 1er décembre prochain comme le prévoit un décret publié samedi au « Journal officiel ».

- Sur le volet emploi, une politique ambitieuse mais aussi coûteuse, alors même que le programme « Intégration et accès à la nationalité » passe de 195 millions d'euros dans le budget 2008 à 78 millions pour 2009.

- La France, tout comme les Etats membres, espère cependant en retirer un double bénéfice : disposer d'immigrés mieux intégrés culturellement et économiquement, tout en leur limitant l'accès au territoire français.



Les Vingt-Sept cherchent à mieux intégrer leurs immigrés
03/11/08 - Les ECHOS

La France, pas plus que ses voisins européens, n'est un modèle pour l'intégration des étrangers. Le ministre de l'Immigration, Brice Hortefeux, est le premier à le reconnaître. C'est pourquoi la conférence qui se tient aujourd'hui et demain à Vichy est l'occasion pour les gouvernements de l'Union européenne de progresser dans ce domaine. Le pacte européen pour l'immigration et l'asile, adopté par les chefs d'Etat et de gouvernement à la mi-octobre au sommet de Bruxelles, évoque l'intégration des immigrés comme la finalité de la politique d'immigration légale. Même si ces politiques relèvent, à la différence de l'asile et de l'immigration, de la politique intérieure des Etats membres, ces derniers vont confronter leurs expériences et si possible rapprocher leurs meilleures pratiques.

La conférence des Vingt-Sept affiche un programme ambitieux, centré autour de six thèmes : la promotion des valeurs de l'Union européenne, le parcours d'intégration, l'emploi et la promotion de la diversité, l'intégration des femmes et l'éducation des enfants, le dialogue interculturel, enfin les méthodes d'évaluation de ces politiques. Deux sujets devraient faire l'objet d'un débat approfondi : l'apprentissage de la langue et l'accès à l'emploi, qui font partie des « besoins élémentaires pour s'intégrer », selon le ministère de l'Immigration. En France, certaines dispositions prises depuis la loi de juillet 2006 pourraient faire école en Europe, notamment le « contrat d'accueil et d'intégration » que les étrangers souhaitant s'installer sur le territoire national doivent désormais signer et respecter. En sont dispensés les titulaires d'une carte « compétences et talents » (environ 200 aujourd'hui), ainsi que les salariés en mission en France pour le compte d'une entreprise internationale.

Langue française obligatoire

Quelque 361.450 personnes au total, dont la plupart sont des conjoints de Français ou des personnes migrant dans le cadre du regroupement familial, ont signé ce contrat, qui instaure des droits mais aussi des devoirs. Ainsi, une connaissance minimale de la langue française, dont le niveau sera évalué depuis le pays d'origine, donc avant l'entrée en France, sera exigée à compter du 1er décembre prochain comme le prévoit un décret publié samedi au « Journal officiel ».

Sur le volet emploi, la marge de progression est importante puisque le taux de chômage représentait, en 2007, dans la population étrangère plus du double (15,2 %) de la moyenne nationale. Un bilan de compétences a déjà été rendu obligatoire par une loi de novembre 2007 pour permettre d'orienter les étrangers vers les secteurs en pénurie de main-d'oeuvre. « Des conventions ont été signées avec plusieurs branches professionnelles, notamment dans les services à la personne », indique le ministère. Cinquante mille étrangers devraient suivre une formation professionnelle avec un suivi individualisé durant les cinq premières années de séjour en France. Et 10.000 emplois devraient être pourvus chaque année par ce biais. Une politique ambitieuse mais aussi coûteuse, alors même que le programme « Intégration et accès à la nationalité » passe de 195 millions d'euros dans le budget 2008 à 78 millions pour 2009. La France, tout comme les Etats membres, espère cependant en retirer un double bénéfice : disposer d'immigrés mieux intégrés culturellement et économiquement, tout en leur limitant l'accès au territoire français.

MARIE BELLAN ET CATHERINE CHATIGNOUX


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 3 Nov - 08:07 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Franco-Etrangers Index du Forum -> couples et familles binationales -> La lutte entre les Etats membres et les Institutions Européennes sur le respect du droit de vivre en Europe en famille Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com