Franco-Etrangers Index du Forum

Franco-Etrangers
Vivre en France en famille

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Site Meter
Italie : Le ministère de la Famille s'apprête à régulariser quelques 300 000 sans-papiers dans les services à la personne

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Franco-Etrangers Index du Forum -> couples et familles binationales -> A la Une
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Sam 1 Aoû - 18:25 (2009)    Sujet du message: Italie : Le ministère de la Famille s'apprête à régulariser quelques 300 000 sans-papiers dans les services à la personne Répondre en citant

Quelques mois avant l'entrée en vigueur de la directive européenne sur la répression de l'emplois de travailleurs clandestins, Rome s'apprête à régulariser quelques 300 000 sans papiers qui sont au contact direct de la population dans les services à la personne. Une régularisation toutefois sous condition : l'employeur doit faire partie des classes aisées ou bien, dans le cas des personnes âgées, disposer d'un certificat médical confirmant la nécessité de disposer d'une aide à domicile. Les travailleurs demandant la régularisation doivent pouvoir prouver 3 mois de travail au service de leur employeur.

L'Italie découvre l'utilité sociale de ses sans-papiers
LE MONDE | 01.08.09
Rome Correspondance  -  Salvatore Aloïse
http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/08/01/l-italie-decouvre-l-utilite…

 e matin ou en fin d'après-midi, on les voit promener les personnes âgées dans le frais des jardins publics. Ce sont les badanti (de badare, "s'occuper" en italien), ces "aides à la personne" dont la société italienne ne semble plus pouvoir se passer. La plupart du temps, il s'agit de femmes étrangères, en provenance des pays de l'Est, et généralement sans papiers. Dans un pays qui vieillit et où les services de sécurité sociale et d'assistance pour personnes âgées ont toujours été quasi inexistants, ces femmes sont devenues indispensables au bon fonctionnement des familles. Tout comme les aides ménagères : les colf, en italien.


Ces deux piliers de la société italienne ont bénéficié d'une exception au lendemain de l'adoption, début juillet, de la loi qui fait de la clandestinité un délit pénal. Parmi les centaines de milliers de sans-papiers présents dans le pays, chacun risque désormais, à chaque contrôle policier, une forte amende - jusqu'à 10 000 euros - et le passage devant un juge pour une expulsion sur-le-champ. Les badanti et les colf sont épargnés.

Pour ces femmes et ces rares hommes, le gouvernement a concocté une régularisation ad hoc qui concerne, selon les estimations officielles, pas moins de 300 000 personnes.

La disposition vient de passer devant la Chambre des députés et doit être adoptée définitivement par le Sénat avant la pause estivale. Les employeurs devront effectuer les démarches nécessaires du 1er au 30 septembre. Seule condition requise : un revenu conséquent qui justifie l'appel à une aide ménagère ou un certificat médical de la personne âgée ayant besoin d'une aide-soignante.

Les sans-papiers, eux, ne devront pas avoir eu d'ennuis avec la justice. Ils ne seront pas inquiétés, en tout cas tout au long de la procédure, et seront régularisés s'ils ont été employés depuis trois mois au moins. Les employeurs devront verser 500 euros pour chaque régularisation demandée.
Cette régularisation limitée a été accueillie avec joie par les intéressés. Moins par les associations d'aide aux immigrés. "Je ne comprends pas pourquoi on dit oui aux aides-soignantes et ménagères, et non à tant d'autres catégories de sans-papiers tout aussi utiles dans des secteurs productifs. Ceux qui travaillent dans le bâtiment, le commerce ou l'agriculture contribuent autant à la richesse du pays ! Mais on ne les prend pas en compte et on les rejette même en marge de la société", lâche, perplexe, Maurizio Quadrana, responsable du centre d'accueil des étrangers du syndicat CGIL de Rome.

La question ne trouble pas l'auteur de l'amendement à la loi, le secrétaire d'état à la famille Carlo Giovanardi. "Dans le gouvernement, explique-t-il, je suis en charge de la famille et j'ai donc pris en compte cette situation qui concerne des millions de familles. D'autres ministres peuvent élargir cette régularisation à d'autres catégories."

L'exception faite aux badanti et aux colf, "dont la société, dit M. Giovanardi, a besoin", n'atténue pas le durcissement de la législation à l'égard des clandestins. Il faut désormais montrer le permis de séjour pour tout acte d'état civil. "Quelle position adopter dans le cas de l'inscription des enfants des sans-papiers ?", ont demandé des employés des préfectures. L'application de la loi promet d'être un casse-tête.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 1 Aoû - 18:25 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Ven 7 Aoû - 16:23 (2009)    Sujet du message: Italie : Le ministère de la Famille s'apprête à régulariser quelques 300 000 sans-papiers dans les services à la personne Répondre en citant

L'Italie choisit l'option sécuritaire en durcissant la législation envers les immigrés
LE MONDE | 07.08.09 | 15h12  •  Mis à jour le 07.08.09 | 15h12
http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/08/07/l-italie-choisit-l-option-s…

Pour les militants de la Ligue du Nord, le 8 août 2009 restera une date historique. C'est en effet samedi qu'entrait en vigueur la nouvelle loi sur la sécurité. Elle institue le délit dit de "clandestinité", un tournant dans la politique menée à l'égard des sans-papiers. Pour le parti xénophobe, il s'agit d'un coup d'arrêt au "laxisme " que le parti populiste ne cesse de dénoncer.


Cette réforme s'accompagne de la publication, le même jour, par le ministre de l'intérieur, Roberto Maroni – membre de la Ligue –, du code de conduite pour la constitution des rondes citoyennes, "patrouilles" de volontaires censées assurer la tranquillité publique dans les rues des villes.

Ces deux réformes sont autant de victoires de la Ligue du Nord, membre de la coalition gouvernementale de Silvio Berlusconi, sur le terrain sécuritaire. D'où la satisfaction affichée par le mouvement d'Umberto Bossi, même si sa milice des "chemises vertes " devra céder le pas : les rondes citoyennes ne devront pas être marquées politiquement. Qu'importe, selon le député européen de la Ligue et chantre des "rondes anti-immigrés", Mario Borghezio : "Quand nous les avons lancées, elles passaient pour subversives, aujourd'hui, elles ont la même connotation que des groupes de scouts."

Pourtant, on sent aujourd'hui un manque d'empressement, même à droite, à s'engager dans cette voie. De Milan à Rome en passant par Reggio de Calabre, les municipalités "amies " ne se montrent guère enthousiastes pour "sécuriser " leur territoire par des rondes nocturnes de volontaires. La gauche, à quelques rares exceptions près, comme à Padoue, refuse d'y recourir. D'autant que beaucoup, y compris la police, dénoncent leur inutilité. Les forces de l'ordre ont déjà dû intervenir plusieurs fois pour mettre fin à des heurts entre rondes de droite et "anti-rondes " de gauche.

INSCRIPTION DES NOUVEAU-NÉS Du côté du durcissement de la législation envers les sans-papiers, les faits résistent aussi à l'intention de départ. Avant même l'entrée en vigueur de la loi, le gouvernement a dû prévoir des exceptions : les sans-papiers qui travaillent dans le domaine de l'aide à la personne seront régularisés. Et à l'intérieur de la majorité, le débat est déjà lancé pour élargir la régularisation. Le très influent ministre des activités productives, Claudio Scajola, a reconnu, dans un entretien au Corriere della Sera, que d'autres catégories de sans-papiers devraient être concernées. La brèche sera difficilement refermée.

Le ministre de l'intérieur a aussi dû préciser que la nouvelle réglementation obligeant les étrangers à présenter leur permis de séjour pour toute démarche devant l'état civil ne concernait pas l'inscription des nouveau-nés. Dans ce cas, le titre de séjour provisoire de six mois délivré à chaque mère sans papiers à la naissance d'un enfant est suffisant. En suivant à la lettre la nouvelle loi, les bébés risquaient d'être séparés de leurs parents pour être confiés à l'assistance publique.

Les statistiques sur la délinquance, montrant une baisse de 8,1 % en 2008, sont tombées à point nommé pour permettre au gouvernement de créditer sa politique sécuritaire de bons résultats.



Salvatore Aloise



Les dispositions de la loi

Les sans-papiers Séjourner en Italie de façon illégale devient un délit. Toute personne contrôlée sans papier risque jusqu'à 10 000 euros d'amende et peut être entendue par un juge en vue d'une expulsion immédiate.

Les rondes citoyennes Certaines conditions sont requises pour participer aux rondes de citoyens que les maires peuvent organiser : être en bonne santé physique et mentale ; ne pas porter d'uniforme mais un gilet fluorescent ; ne pas porter d'armes ; patrouiller sans chien et à cinq personnes au maximum, ne pas avoir de liens explicites avec des partis politiques ou des groupes de tifosi, avoir au moins 25 ans et un casier judiciaire vierge.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:15 (2017)    Sujet du message: Italie : Le ministère de la Famille s'apprête à régulariser quelques 300 000 sans-papiers dans les services à la personne

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Franco-Etrangers Index du Forum -> couples et familles binationales -> A la Une Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com