Franco-Etrangers Index du Forum

Franco-Etrangers
Vivre en France en famille

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Site Meter
Des hierarchies politico-religieuses de tous bords montent à la charge contre les couples mixtes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Franco-Etrangers Index du Forum -> couples et familles binationales -> A la Une
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Dim 11 Oct - 02:11 (2009)    Sujet du message: Des hierarchies politico-religieuses de tous bords montent à la charge contre les couples mixtes Répondre en citant

Les couples mixtes empoisonnent les radicaux politico-religieux

Les mariages mixtes ne semblent décidemment pas très appréciés des hiérarchies religieuses quelles qu’elles soient.

Ce sont cette fois des évêques catholiques d’Afrique, réunis à Rome lors du IIème Synode pour l’Afrique, qui s’inquiètent de la recrudescence des mariages mixtes entre catholiques et … protestants.

Officiellement, ces mariages entre chrétiens de différentes obédiences seraient néfastes pour « promouvoir la réconciliation, la justice et la paix ».

Une autre remarque apparaît également : « Des différences en matière de valeurs de la foi, y compris la signification du mariage, peuvent devenir des sources de vives tensions et de confusion dans l’éducation des enfants. Ceci a été au cœur de l’augmentation de l’indifférence religieuse ».

Que les mariages mixtes ne conduisent pas à l’antagonisme entre religion mais à l’indifférence religieuse me semble pour ma part plutôt une bonne nouvelle.

D’autant que les unions mixtes cette fois entre juifs et arabes sont considérés comme une trahison nationale pour plus de la moitié des Israéliens.

Et voilà qu’on nous annonce que le Hamas interdit désormais aux couples mixtes de Gaza d’aller ensemble à la plage comme il supprime le droit des femmes à circuler à l'arrière des motos.

Cela commence à me rappeler l’ex-Yougoslavie, où les couples mixtes serbo-croates, serbo-bosniaques ou bosno-croates furent les premiers à être jetés en pâture face aux campagnes médiatiques des extrémistes de tous bords, pour lesquels tout devait être fait pour monter les communautés les unes contre les autres et faire oublier qu’il est aussi possible de vivre ensemble. Pour ne pas parler des familles albano-serbes du Kosovo. Et là encore, une zone technonique entre les religions catholique en Croatie, orthodoxe en Serbie, musulmane en Bosnie et au Kosovo.

En pleine ligne de front, questionnant tant les religions que les idéologies, remettant en cause ces démarcations artificielles entre « nous » et « les autres » que l’on tente de nous imposer et de nous faire adopter,  les couples mixtes et leurs enfants apparaissent un antidote de plus en plus nécessaire.




II° Synode pour l’Afrique : Intervention de S. Exc. Mgr Almachius Vincent RWEYONGEZA, Évêque de Kayanga (Tanzanie)
Bulletin Presse Octobre 2009 Vatican
Octobre 2009
http://www.vatican.va/news_services/press/sinodo/documents/bollettino_23_ii…



Citation:
L’évangélisation de la famille implique une considération sérieuse de la famille comme “Église domestique” au sein de laquelle la rencontre avec le Christ est une constante de la vie quotidienne. La famille est un moyen par lequel la foi catholique est nourrie par la lecture et la méditation de la Parole de Dieu, la prière en commun, la réception et la célébration des sacrements de la vie. L’unité de la famille est scellée et sauvegardée par le partage de valeurs et d’exercices spirituels communs.

Voici quelques-unes des raisons clefs pour revoir la catéchèse et la pratique des mariages mixtes à l’intérieur du système de l’Église locale en Afrique:

Tout d’abord, les mariages mixtes ont été une source de vives incompréhensions entre les prêtres catholiques et les pasteurs des différentes communautés chrétiennes. Outre le problème persistant du manque de connaissance des obligations du partenaire catholique, des débats à propos du lieu où le sacrement doit être célébré créent des ébauches de division à l’égard de la pratique de la foi de l’autre.

Deuxièmement, dans la plupart de ces mariages, les parents demeurent divisés sur la foi dans laquelle les enfants doivent être baptisés et élevés.

Troisièmement, il existe une tendance croissante selon laquelle les parents, dans la plupart des mariages mixtes, manquent d’une tradition commune pour transmettre les valeurs chrétiennes. Cette désunion qui part des différences sur la vie de prière, s’étend ensuite au plan affectif de l’amour, de la justice, de la réconciliation et de la paix à l’intérieur de la famille.

Vu que nous cherchons les moyens de bâtir la réconciliation, la justice et la paix en Afrique par le biais d’une juste définition de la famille comme le plus complet des agents primaires de la justice, de la réconciliation, de la solidarité et de la paix, il est important de ne pas sous-estimer le problème des mariages mixtes. À moins que des efforts ne soient faits pour revoir la célébration de mariages mixtes, il est probable que l’on continue à faire l’expérience de la tragédie de la désunion chrétienne même au cœur de la famille.

Des différences en matière de valeurs de la foi, y compris la signification du mariage, peuvent devenir des sources de vives tensions et de confusion dans l’éducation des enfants. Ceci a été au cœur de l’augmentation de l’indifférence religieuse (CCC, n. 1634). Les mariages mixtes peuvent aisément se révéler comme des constructions édifiées sur le sable dans lesquelles il sera difficile de produire des fruits d’amour, de réconciliation, de justice et de paix. Il est grand temps que la position de l’Église sur la célébration des mariages mixtes soit revue et que la catéchèse sur les mariages mixtes soit recentrée. À moins que des pas audacieux ne soient entrepris pour sauvegarder la famille, les efforts pour promouvoir la réconciliation, la justice et la paix demeureront insuffisants




Campagnes en Israël pour empêcher les Juives de rencontrer des Arabes
Info Palestine
9 octobre 2009
http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7433



Citation:
NAZARETH. Une municipalité israélienne a formé une équipe spéciale de conseillers et de psychologues dont la tâche sera d’identifier les jeunes femmes juives qui sortent avec des hommes arabes afin de les « sauver ».
Cette initiative, lancée par la municipalité de Petah Tikva, une ville proche de Tel Aviv, est la dernière d’une série d’initiatives séparées - et peu discutées - menées par des organismes officiels, des rabbins, des organismes privés et des groupes d’habitants, pour empêcher les rencontres et les mariages interraciaux.
D’autre part, les médias israéliens ont annoncé ce mois-ci que les résidents de Pisgat Zeev, une grande colonie juive au milieu des faubourgs palestiniens de Jérusalem-Est, ont formé une patrouille pour empêcher les Arabes de fréquenter les filles juives locales.
L’hostilité aux relations intimes qui se développent au travers du fossé ethnique d’Israël est partagée par beaucoup de Juifs israéliens, qui considèrent un tel comportement comme une menace pour la judaïté de l’Etat. Un des rares sondages sur ce sujet, en 2007, a trouvé que plus de la moitié des Juifs israéliens considèrent le mariage mixte comme une « trahison nationale ».
Depuis la fondation de l’Etat en 1948, des analystes ont noté qu’une série de mesures légales et administratives ont été prises par Israël pour limiter les possibilités de liens étroits entre les citoyens juifs et arabes, ces derniers comportant un cinquième de la population.
La ségrégation des communautés et la séparation des systèmes d’éducation font que les jeunes Arabes et les jeunes Juifs ont peu d’occasions de se familiariser les uns avec les autres. Même dans un petit nombre de « villes mixtes », les Arabes sont groupés le plus souvent dans des quartiers distincts.
En outre le mariage civil est interdit en Israël, ce qui signifie que dans le petit nombre de cas où des Juifs veulent se marier avec des Arabes, ils ne peuvent le faire qu’en quittant le pays pour accomplir les formalités de mariage à l’étranger. Le mariage est reconnu au retour du couple.
Le docteur Yuval Yonay, sociologue à l’université d’Haïfa, estime que le nombre de mariages interraciaux est « trop faible pour pouvoir être étudié ». « La séparation entre Juifs et Arabes est si enracinée dans la société israélienne qu’il est étonnant de voir quiconque échapper à ces contrôles centraux, » a-t-il dit.
L’équipe de Petah Tikva, une ville de 200.000 habitants, a été constituée en réponse directe à une information. Deux filles juives âgées de 17 et 19 ans accompagnaient un groupe de jeunes hommes arabes lorsque qu’ils auraient battu à mort un Juif, Leonard Karp, le mois dernier sur une plage de Tel Aviv. La fille la plus âgée était de Petah Tikva.
La fréquentation de jeunes Arabes par ces filles juives a relancé la crainte de voir s’éroder parmi certains jeunes le tabou autrefois strict interdisant la fréquentation interraciale.
Traduisant l’opinion générale, Mr. Hakak, porte-parole de la municipalité de Petah Tikva, a dit que les « filles russes », les jeunes femmes Juives dont les parents sont arrivés en Israël au cours des dernières deux décennies après la chute de l’Union soviétique, étaient particulièrement vulnérables à l’attention des hommes arabes.
De son côté, le docteur Yonay pense que les femmes russes sont moins fermées à l’idée d’avoir des rapports avec les hommes arabes, car, dit-il, « elles n’ont pas subi l’éducation religieuse et sioniste » à laquelle la plupart des Juifs israéliens ont été soumis.
Mr. Hakak a dit que la municipalité a créé une ligne directe que les parents et amis des femmes juives peuvent utiliser pour les dénoncer.
« Nous ne pouvons pas dire aux filles ce qu’elles doivent faire, mais nous pouvons envoyer chez elles un psychologue pour les conseiller, ainsi que leurs parents, » a-t-il dit.
Motti Zaft, l’adjoint au maire, a indiqué au site Ynet que la municipalité sévit contre les propriétaires de la ville qui subdivisent illégalement des appartements pour les louer bon marché à des Arabes célibataires qui cherchent du travail dans la région de Tel Aviv. Il a estimé que plusieurs centaines d’Arabes ont emménagé de cette façon.
L’hostilité de Petah Tikva à l’égard des Arabes qui fréquantent des Juives est partagée par d’autres communautés [juives].
À Pisgat Zeev, une colonie de 40.000 Juifs, on apprend qu’une patrouille d’environ 35 hommes, connue sous le nom de « Feu pour le judaïsme », essaye d’arrêter les fréquentations interraciales.
Pisgat Zeev a attiré, fait exceptionnel pour une colonie, une population minuscule mais croissante de familles arabes venant de Jérusalem-Est ainsi que de l’intérieur d’Israël. Étant donné que Pisgat Zeev est à l’intérieur des frontières municipales de Jérusalem, les Arabes qui ont le droit de résider en Israël peuvent y vivre tant que des colons juifs sont disposés à leur louer des appartements.
Un membre de la patrouille, qui s’est identifié au Jerusalem Post sous le nom de Moshe, a déclaré : « Notre but est d’être en contact avec ces filles pour essayer de leur expliquer les dangers qui les menacent. Au cours des 10 dernières années, 60 filles de Pisgat Zeev sont entrées dans des villages [Palestiniens en Cisjordanie]. Et pour la plupart d’entre elles, on n’en a plus entendu parler ». Il a nié avoir exercé des violences ou des menaces contre des hommes arabes.
L’année dernière, la municipalité de Kiryat Gat, une ville de 50.000 Juifs au sud d’Israël, a lancé un programme dans les écoles pour avertir les filles juives du danger de fréquenter des Bédouins. On a montré aux filles une vidéo intitulée « Dormir avec l’ennemi », qui décrit les couples mixtes comme un « phénomène contre nature ».
On voit sur cette vidéo Haim Shalom, chef des services sociaux de la ville, déclarer : « Les filles, en toute innocence, vont avec des Arabes qui les exploitent. »
En 2004, à Safed, au nord d’Israël, des affiches sont apparues partout dans la ville pour avertir les Juives que rencontrer des Arabes les mèneraient « à recevoir des coups, aux drogues dures, à la prostitution et au crime ». Le grand rabbin de la ville, Shmuel Eliyahu, a déclaré à un journal local que la « séduction » des filles juives était « une autre forme de guerre » menée par des Arabes.
Les campagnes de Kiryat Gat et de Safed sont soutenues par une organisation religieuse appelée Yad L’achim, qui anime une équipe d’anti-assimilation consacrée officiellement au « sauvetage » des femmes juives.
D’après son site web, l’organisation dit recevoir plus de 100 appels par mois au sujet de femmes juives vivant avec les Arabes, en Israël et en Cisjordanie. Elle lance des opérations de « sauvetage paramilitaire [des femmes] des villages arabes hostiles » en coordination avec la police et l’armée.
« L’âme juive est une ressource précieuse et bien trop rare, et nous ne sommes pas disposés à en abandonner une seule », dit le site web.




Gaza: le Hamas interdit aux motards de transporter des passagères
Associated Press
8 octobre 2009
http://www.google.com/hostednews/canadianpress/article/ALeqM5iX8ib-loLz-QSU…



Citation:
GAZA, bande de Gaza — Le gouvernement du Hamas interdit aux conducteurs de motos de transporter des femmes à l'arrière de leur véhicule, dernière mesure en date d'une campagne de vertu lancée à Gaza.
L'interdiction a été postée mardi sur le site Web du ministère de l'Intérieur du Hamas. Elle vise à "préserver la sécurité des citoyens et la stabilité des coutumes et traditions de la société palestinienne".
Le Hamas veut imposer une interprétation stricte de l'islam. D'autres mesures portent sur la séparation des couples mixtes sur la plage et l'obligation pour les avocates de porter un foulard au tribunal.
Le Hamas affirme que sa campagne de vertu se fait sur la base du volontariat et reflète le conservatisme de la société gazaouite, mais des informations font état de contrevenants battus ou arrêtés.
Les femmes de Gaza sont rarement vues sur des motos, que ce soit comme conductrices ou passagères.




Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 11 Oct - 02:11 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Franco-Etrangers Index du Forum -> couples et familles binationales -> A la Une Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com