Franco-Etrangers Index du Forum

Franco-Etrangers
Vivre en France en famille

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Site Meter
Unicef : Rapport 2009 sur les enfants issus de l’immigration et des couples mixtes dans les pays riches.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Franco-Etrangers Index du Forum -> couples et familles binationales -> Santé / Social
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Jeu 22 Oct - 13:49 (2009)    Sujet du message: Unicef : Rapport 2009 sur les enfants issus de l’immigration et des couples mixtes dans les pays riches. Répondre en citant

Unicef : Rapport 2009 sur les enfants issus de l’immigration et des couples mixtes dans les pays riches.

Certaines statistiques nous concernant dérangent la France qui ne les publie pas.

Pour la première fois, une analyse de données comparables dans huit pays riches fait ressortir les disparités et les convergences en matière d’intégration, de défis et d’opportunités concernant les enfants d’origine immigrée et de couples mixtes.

Concernant la France, on remarquera que deux séries de statistiques n’ont pas été fournies.

La première concerne la part des enfants vivant dans des familles constituées de couples mixtes. On remarque bien là, une fois encore, la volonté des autorités françaises de ne pas rendre saillant que la question de l’immigration en France repose désormais d’abord et avant tout sur nos couples et familles franco-étrangères et que toutes les restrictions et ségrégations qui se mettent progressivement en place au prétexte de l’immigration concernent principalement des familles françaises, dont l’un des membres est étranger.

La seconde série statistique à ne pas avoir été publiée concerne le taux de scolarisation des 15-17 ans en France, c'est-à-dire au-delà de l’âge obligatoire de scolarisation, fixé à 16 ans. On sait, là encore, la volonté des autorités françaises de restreindre l'accès à l'éducation pour cette classe d'âge concernant les milieux populaires et en particulier étrangers.

Cette double omission doit nous inquiéter car ce sont deux domaines (le fait que les familles dites immigrées soient majoritairement des familles franco-étrangères et l'accès à la nationalité française d’une part, l’éducation au-delà de l’âge obligatoire de 16 ans d’autre part) où se jouent certains des principaux points de fixation de la ségrégation. Les autres points sensibles concernant évidemment la dissuasion de l’installation en France de nos familles mais qui ne font pas l'objet du présent rapport.

Tout se passe comme si les autorités françaises ne souhaitaient pas livrer certaines statistiques afin d’empêcher toute comparaison future qui prouverait, bien au-delà des discours appaisants, une régression volontaire des politiques d’intégration sur certains points.

Le même phénomène de rétention par la France de statistiques sensibles concernant sa population d’origine immigrée en totalité ou pour partie est apparent au niveau des institutions européennes. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles Paris avait fait avorter la tentative allemande et d’autres pays européens, à l’automne 2008, lors de la Conférence européenne sur l’intégration réunie à Vichy, de faire basculer l’intégration dans le champ de compétence européen alors que ce basculement a été acté pour l’immigration.

Pas de politique commune d’intégration et donc pas de mise en commun des statistiques qui permettrait des comparaisons de fond et l’évaluation des meilleures pratiques.

Ce qui peut se comprendre du point du vue de Paris, dont l’objectif est de dissuader l’immigration des familles franco-étrangères et étrangères populaires pour préparer l’immigration des familles de la future immigration qualifiée.

Le prix en est la ségrégation de nos familles et l’inégalité des chances que subissent nos enfants.

La prochaine réunion européenne importante sur l’intégration aura lieu à Barcelone, en Espagne, semble-t-il en 2010.

En attendant et en guise d’analyse comparative, voici le rapport en lui-même puis une traduction en français des principales données concernant la France


Enfants mixtes-immigrés pays riches Unicef 09


Les enfants de familles immigrées dans 8 pays riches.
Leurs familles, le contexte national et international.
Unicef
Octobre 2009
http://www.unicef-irc.org/publications/pdf/ii_immig_families.pdf

Extraits traduits en français par multinational.

- Synthèse de la politique française d’immigration au XXème siècle
- Points clefs du rapport
- Principales données statistiques.


Citation:

Synthèse de l’immigration en France
page 87

La France dispose d'une politique d'immigration explicite depuis le milieu du XIXe siècle avec l'objectif de recruter des travailleurs migrants et d’attirer des colons permanents pour compenser un faible taux d’augmentation naturelle de la population et assurer la stabilité d’ensemble de sa population ou sa croissance.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’immigration de travail a été recrutée en Italie, Afrique du Nord, Portugal et Espagne. En 1974, après la crise pétrolière, la France réduit fortement la migration des travailleurs non qualifiés.

Entre-temps, par un accord entre l’Algérie - colonie française jusqu'en 1962 - et la France, le nombre de Français musulmans originaires d’Algérie est passé de 350.000 en 1962 à 800.000 en 1982.

Dû aux changements dans le paysage politique et la législation, le nombre annuel d'immigrants s’installant en France est passé de 102.400 en 1990 à 55 600 en 1996 pour remonter à 141.000 en 2001.

Le regroupement familial représente la principale source d'immigration, suivi par les étudiants, les employés temporaire et l'asile. La France abrite la plus grande communauté musulmane d'Europe et s’est récemment engagée dans la promotion de l'intégration des Musulmans, même si l ' «islamophobie» est toujours généralisée et que le credo du sécularisme (laïcité) puisse créer des problèmes spécifiques dans l’installation des Musulmans.

Le principe de l'égalité a été favorisé dans les différentes Constitutions depuis la Révolution française, mais ce principe est généralement resté formel. La question de l'égalité de traitement entre les divers groupes représente un défi majeur. Les informations sur l'ethnicité et la race ne sont pas recueillies dans les statistiques officielles; jusqu'à récemment, la même omission se rapportait aux immigrants de deuxième génération.

Les récentes émeutes en France par les jeunes musulmans ont toutefois entraîné une prise de conscience publique de la situation des immigrés et de la diversité.

Ce n’est que récemment que des efforts ont été faits pour recueillir des données sur l'ethnicité et la race.

Parmi les immigrants entrés en France en 2004, près des deux tiers (64 pour cent) provenaient d’Afrique, et, ce qui reflète les relations coloniales historiques, plus de la moitié d'entre eux provenaient d’Algérie (20 pour cent) et du Maroc (16 pour cent). Une part additionnelle de 14 pour cent était originaire de Turquie et 3 pour cent d'Asie. Environ 9 pour cent étaient originaires des Amériques, pour 70% d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud. Un taux analogue de 10 pour cent provenait des différents pays européens.

Selon des estimations récentes, les immigrants représentent près de 11 pour cent de la population française, un taux presque aussi élevé que les 12-13 pour cent en Allemagne et aux États-Unis mais beaucoup moins que les 23,9 pour cent concernant l’Australie.


Citation:

Points clefs du rapport
Page 11

Ce rapport présente des données et des analyses concernant les enfants vivant dans huit pays développés, au sein de familles immigrées avec au moins l’un des parents né à l’étranger. Les enfants de familles de réfugiés, demandeurs d'asile et d’immigrants en situation irrégulière
ne sont pas toujours pris en compte, selon les données consultées.
 

Caractéristiques démographiques
 

• Les enfants de familles immigrantes représentent une grande part de la population générale chez les enfants en les huit pays riches: l'Italie (10 pour cent), Royaume-Uni (16 pour cent), France (17 pour cent), les Pays-Bas et les États-Unis (22 pour cent chacun), Allemagne (26 pour cent), Australie (33 pour cent) et la Suisse (39 pour cent);
 

• Les enfants de familles immigrant de pays pauvres ou à revenus intermédiaires représentent une part importante de l'ensemble des enfants dans les pays de destination de cette étude. En Italie, au Pays-Bas, au Royaume-Uni et aux États-Unis, ils représentent plus de la moitié des enfants des familles immigrantes;
 

• Dans six des pays étudiés pour lesquels les informations sont disponibles, la grande majorité des enfants de familles immigrantes originaires des pays pauvres ou à revenus intermédiaires (63-87 pour cent) sont de deuxième génération, c'est à dire étant nés dans le pays d’accueil ;
 

• Les enfants de familles immigrantes originaires des pays pauvres ou à revenus intermédiaires joueront un rôle de premier plan à l'âge adulte dans les domaines économique et sociaux des pays d’accueil, en partie en raison de leur nombre mais également en raison des faibles taux démographiques des familles natives, qui entraînent un vieillissement de ces populations natives.
 

Pays d'origine et langue
 

• Les pays étudiés montrent de fortes concentrations de communautés immigrées spécifiques mais chaque pays accueille également des immigrants originaires de nombreux pays d’origine.
 

• Les enfants des familles immigrantes des pays pauvres et intermédiaires qui utilisent une autre langue à la maison que celle du pays d’accueil se situent entre 56% en Autriche et 73 à 77% en France et aux Etats-Unis. Dans le même temps, peu d’enfants utilisent exclusivement la langue maternelle de leurs parents à la maison mais la plupart utilisent également la langue de leur pays d’accueil.
 

• Les enfants de familles immigrantes originaires des pays pauvres et intermédiaires diffèrent souvent des populations natives dans les domaines culturels, religieux, linguistiques et d’origine ethnique, présentant ainsi des défis importants et des opportunités pour l’intégration civique et l’inclusion sociale.
 

Composition de la famille
 

• Les enfants de familles immigrantes originaires des pays pauvres et intermédiaires sont tout autant susceptibles de vivre avec leurs deux parents (sauf aux Pays-Bas) et ils sont plus susceptibles que les enfants nés de familles natives de vivre avec au moins deux frères et sœurs (sauf en Australie).
 

• Concernant les cinq pays pour lesquels l'information est disponible, au moins 1 enfant sur 10, et souvent au moins 1 sur 4 dans des familles immigrantes, vivent avec au moins un parent qui dispose de la citoyenneté du pays de résidence. Ils jouissent ainsi des droits civiques et politiques liés à la citoyenneté.
 

Contexte familial
 

• En Australie et au Royaume-Uni, mais aussi dans une moindre mesure en Italie, les enfants des familles d'immigrants originaires de pays pauvres ou intermédiaires sont plus susceptibles que les enfants nés de familles natives de vivre avec des parents dotés d’une formation universitaire. Dans la plupart des pays d’accueil, ils sont davantage susceptibles de vivre avec des parents de faible niveau scolaire.
 

• Dans près de la moitié des pays étudiés, les enfants de familles originaires de pays pauvres ou intermédiaires sont aussi susceptibles que les enfants nés de familles native à grandir avec des pères employés à temps plein ou à temps partiel, tandis que dans les pays restants, ils sont beaucoup moins susceptibles de le faire.
 

En Allemagne, Italie, Pays-Bas et Royaume-Uni, 33 à 40% des enfants de familles originaires des pays pauvres ou intermédiaires ont une mère ayant une activité professionnelle, cette proportion atteint ou dépasse la moitié en Australie, en Suisse et aux Etats-Unis. La part des enfants d'immigrés vivant avec leur mère qui travaillent à temps plein est beaucoup plus réduite.
 

Pauvreté et logement
 

• Après prise en compte des transferts sociaux, les taux de pauvreté s’avèrent plus élevés chez les enfants de familles immigrés comparés aux enfants des familles natives. De 6-7% en Australie et en Allemagne, de 12-13% en France, au Royaume Uni et aux Etats-Unis. L’écart de pauvreté entre les enfants de familles originaires des pays pauvres et intermédiaires et les enfants de familles natives apparaît en fait beaucoup plus important, dans la mesure où les enfants de familles immigrant de pays riches ont relativement peu de chance d’être pauvres.
 

• En Italie, la surpopulation à la maison est assez fréquente tant dans les ménages d’immigrants que natifs. Cette surpopulation est également assez courante dans les autres pays nantis parmi les ménages originaires des pays pauvres ou intermédiaires, en particulier les foyers de demandeurs d’asile ou de refuge face à la guerre, aux troubles civils ou à la persécution dans leurs pays d’origine. Dans les différents pays étudiés, les taux d'accession à la propriété varient de 25 à 66% parmi les ménages des enfants de familles immigrantes originaires des pays pauvres et intermédiaires.
 

L'achat de logements suggère que ces familles investissent dans leurs communautés d’accueil de manière tangible.
 

Les jeunes immigrants
 

• Les taux d’accès aux possibilités d’éducation et à la réussite scolaire varient considérablement selon les pays d’origine; certains groupes d'immigrants font face à un désavantage considérable. 
 

Les facteurs contribuant à cet écart sont le statut socio-économique de la famille, les inscriptions dans des circuits éducatifs séparés ainsi que la ségrégtion et les discriminations. En outre, le risque de ne pas être scolarisé et de ne pas travailler varie fortement en fonction des pays d’origine.
 

Le manque d'opportunités éducatives et d'emploi mine la cohésion sociale et représente un gaspillage de capital humain.
 

Santé et inclusion sociale
 

• Les résultats de cette recherche complètent et sont renforcés par les résultats de recherches similaires sur les familles immigrées en pays nantis, soulignant les remarques suivantes :
 

- Il existe une diversité considérable en matière de santé entre les enfants des familles immigrantes et ceux des familles natives, par pays d’origine et indicateurs de santé.
 

- Le succès de l'inclusion sociale est la plus évidente chez les enfants de familles immigrantes qui participent à la fois à la culture du pays d’origine et du pays d’accueil, y compris par une maîtrise fluide des deux langues.
 

L'intégration socio-économique et la politique
 

• L'étude identifie les possibilités de politiques publiques pour développer davantage l’intégration civique et l’inclusion sociale dans un large éventail de domaines. Ces politiques ne bénéficieraient pas seulement aux enfants et à leurs parents des familles immigrantes des pays pauvres et intermédiaires mais également aux sociétés d’accueil.

 

 
Principales statistiques du rapport :























Citation:
Part des enfants vivant dans des familles de couples mixtes
 

On remarquera que les statistiques concernant la France ne sont pas disponibles.
 

Par contre, la part des enfants nés en France dans les familles d’immigration (un ou deux parents étrangers), s’élève à 87% en France, ce qui représente le pourcentage le plus important parmi les pays développés.
 


 


 


 



 


































 

Citation:

Taux de scolarisation de la jeunesse liée à l’immigration de 15 à 17 ans
 

On remarquera là encore que les statistiques concernant la France ne sont pas disponibles.

Elles réapparaissent pourtant pour la jeunesse entre 18 et 24 ans.

Ce qui laisse prévoir que le taux de scolarisation entre 15 et 17 ans (ou plutôt entre 16 et 18 ans) s’apprête à baisser.
 


 


 




Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 22 Oct - 13:49 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Franco-Etrangers Index du Forum -> couples et familles binationales -> Santé / Social Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com