Franco-Etrangers Index du Forum

Franco-Etrangers
Vivre en France en famille

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Site Meter
Italie - Milan : 6 mariages sur 10 concernent des couples mixtes et étrangers

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Franco-Etrangers Index du Forum -> couples et familles binationales -> A la Une
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Ven 27 Nov - 10:42 (2009)    Sujet du message: Italie - Milan : 6 mariages sur 10 concernent des couples mixtes et étrangers Répondre en citant

Milan : 6 mariages sur 10 concernent des couples mixtes et étrangers
La Républica – Milano.it - Zita Dazzi
25 novembre 2009
http://209.85.229.132/search?q=cache:1ZSnvIhSPpsJ:milano.repubblica.it/dettaglio/parlano-straniero-6-nozze-su-10-in-citta-e-boom-di-coppie-miste/1788171+Parlano+straniero+6+nozze+su+10+in+citt%C3%A0+%C3%A8+boom+di+coppie+miste&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr
 

Un mariage sur cinq en Lombardie comporte au moins un conjoint étranger. En Italie, c’est un sur dix. A Milan, le pourcentage est encore plus élevé. Sur 867 mariages célébrés au cours des six premiers mois de l'année, 536 concernait un ou deux conjoints étrangers. Plus de 6 sur 10. Un boom en contraste avec les moyennes nationales. Et même si le mariage civil n’est plus à la mode - et beaucoup moins à l'église – les mariages mixtes ne cessent d’augmenter dans la ville. Ceux sont les seuls qui se marient encore. Selon le dernier dossier Caritas sur la population de la ville, qui note une augmentation régulière des couples mixtes et étrangers depuis 2000, «pour les immigrants, le mariage est une étape fondamentale non seulement du projet de vie affective et familiale, mais également du parcours d'intégration ».

Dans 70% des mariages mixtes, le marié est Italien et la femme vient d'un pays soumis à une forte pression migratoire. L'octroi de la citoyenneté a été, jusqu'à l’adoption du "paquet sécurité", l’une des raisons des mariages. Maroni a ensuite fait passer de six mois à deux ans la période d'attente avant de pouvoir demander la naturalisation. «Les mariages arrangés, de complaisance, sont en déclin», selon les services d’état-civil. Les unions sincères impliquant des migrants sont en augmentation. Mais elles ne sont pas toujours faites que de roses et de fleurs, en particulier lorsque les conjoints sont issus de cultures lointaines.

Pour aider les couples mixtes, le Centre de documentation ambrosien des religions (CADR) a ouvert un centre d'écoute pour les familles interculturelles à Porta Ticinese 33 (tel.02.8375476). Il vient de publier un livre intitulé: "le mariage islamique-chrétien: les points d'interrogation, le ministère , la pastorale ».

Articles italiens sur les couples mixtes

- Six mariages sur 10 avec un étranger - le boom des mariages mixtes
- Le pays des couples mixtes
- Parler étranger : l’explosion des couples mixtes, 6 mariages sur 10 en ville.
- Le boom des mariages mixtes
- Mariages mixtes en flèche
- Les couples mixtes, l'explosion albanaise
- L’amour et un étranger
- Mariages : La mixité à notre façon
- Avec nous, maintenant de nombreux Italiens et les couples mixtes
- Lettres


Sei nozze su 10 sono straniere È boom di coppie miste
http://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2009/11/25/sei-nozze-su-10-sono-straniere-boom.html
Sei nozze su 10 sono straniere È boom di coppie miste
ZITA DAZZI
25 novembre 2009

Il paese delle coppie miste
http://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2007/09/25/il-paese-delle-coppie-miste.html
VLADIMIRO POLCHI E PAOLO RUMIZ
25 settembre 2007

Parlano straniero 6 nozze su 10 in città è boom di coppie miste
http://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2009/11/25/parlano-straniero-nozze-su-10-in-citta.html
25 novembre 2009

Il boom dei matrimoni misti
http://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2007/01/15/il-boom-dei-matrimoni-misti.html
DE LUCA e POLCHI ALLE PAGINE
15 gennaio 2007

Matrimoni misti, è boom
http://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2007/01/15/matrimoni-misti-boom.html
VLADIMIRO POLCHI
15 gennaio 2007

Coppie miste, c' è il boom delle albanesi
http://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2002/02/08/coppie-miste-il-boom-delle-albanesi.html
08 febbraio 2002

L' amore è uno straniero
http://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2009/10/25/amore-uno-straniero.064l.html
ADRIANO SOFRI
25 ottobre 2009

Ogni matrimonio è misto a modo suo
http://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2009/10/25/ogni-matrimonio-misto-modo-suo.html
ADRIANO SOFRI
25 ottobre 2009

Con noi ormai molti italiani e coppie miste'
http://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2000/10/12/con-noi-ormai-molti-italiani-coppie-miste.html
ZITA DAZZI
12 ottobre 2000

Lettere
http://ricerca.repubblica.it/repubblica/archivio/repubblica/2007/01/19/lettere.html
19 gennaio 2007


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 27 Nov - 10:42 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Mar 9 Fév - 18:39 (2010)    Sujet du message: Italie - Milan : 6 mariages sur 10 concernent des couples mixtes et étrangers Répondre en citant

En 2005 :

L’un Milanais, l’autre étranger: un mariage mixte pour 5 mariages
Lui milanese lei straniera: misto un matrimonio su 5
Corriere della Sera – 18 août 2005
http://archiviostorico.corriere.it/2005/agosto/18/Lui_milanese_lei_straniera_misto_co_7_050818011.shtml

Mille mariages de moins en cinq ans, mais les mariages internationaux en hausse de 25 pour cent.
Mille nozze in meno in cinque anni, ma crescono del 25 per cento le unioni internazionali Mariage.

Divisés par les événements internationaux, réunis dans l'intimité.
Divise dagli eventi internazionali, unite nell' intimità.

À Milan, un mariage sur cinq concerne des couples mixtes.
A Milano un matrimonio su cinque vede per protagoniste coppie miste.

Dans une ville où les syndicats s’effondrent, le commerce est en plein essor d ' alliance entre Milanais et étrangers (et vice versa).
In una città in cui crolla il numero di unioni, è boom di scambi d' anello tra milanesi e straniere (e viceversa).

Moment de vérité d’une métropole de plus en plus multi-ethnique, les mariages binationaux ont connu une croissance record : ils ont augmenté globalement de 25% en cinq ans, contre une baisse de 32% des nouveaux «oui» chez les Italiens.
Cartina di tornasole di una metropoli sempre più multietnica, le nozze internazionali hanno una crescita record: in cinque anni sono aumentate complessivamente del 25% contro una diminuzione del 32% di nuovi «sì» tra italiani.

C’est le constat qui ressort de la dernière enquête du Service des statistiques des services sociaux de la ville de Milan.
È la fotografia che emerge dall' ultima indagine del servizio Statistiche sociali del Comune di Milano.

Entre 1999 et 2004, ont été célébrés 1272 mariages en moins entre Italiens : en compensation, le nombre de M
ilanais à avoir convolé avec un étranger a grimpé de 31,6% (541 contre 411 en 1999).
Tra il 1999 e il 2004 sono stati celebrati 1.272 matrimoni in meno tra italiani: in compenso gli abitanti di Milano che sono convolati a nozze con una straniera sono lievitati del 31,6% (541 contro i 411 del 1999).

C'est une tendance que l’on retrouve également pour les femmes: les Milanaise ayant épousé un étranger ont augmenté de 8,5% (204 contre 188 il ya cinq ans).
È una tendenza che vale anche al femminile: le milanesi che hanno sposato uno straniero sono cresciute l' 8,5% (204 contro le 188 di cinque anni fa).

Au total, 3770 mariages de 2004 contre 4781 précédemment.
Sullo sfondo ci sono le 3.770 cerimonie nuziali del 2004 contro le 4.781 precedenti.

Au-delà, L'échange d’alliances multiethniques va main dans la main (ou presque) avec la forte baisse des couples qui choisissent d'officialiser leur union devant un prêtre:« Dans les derniers chiffres maintenant mariés civilement 57% des amateurs - explique John Tesoro, Chef de la statistique sociale - contre 44% il ya cinq ans.
Non solo. Lo scambio d' anelli multietnico va di pari passo (o quasi) anche con il netto calo delle coppie che scelgono di ufficializzare la loro unione davanti a un sacerdote: «In base agli ultimi dati ormai si sposa civilmente il 57% degli innamorati - spiega Giovanni Tesoro, responsabile del servizio Statistiche sociali - contro il 44% di cinque anni fa».

Selon le sociologue Aldo Bonomi, pour les familles multiethniques, la cérémonie est une étape vers l’inclusion sociale: « le mariage en général est en déclin parce que, pour la plupart des gens, aujourd'hui, il ne représente ni un rituel, ni un contrat économique ».
" Secondo il sociologo Aldo Bonomi per le famiglie multietniche la cerimonia rappresenta un passo verso l' integrazione sociale: «Il matrimonio in generale è in declino perché per i più, oggi, non rappresenta né un rito né un contratto economico - dice -.

Fait intéressant, toutefois, il faut souligner la croissance exponentielle des mariages mixtes: dans ces cas, les partenaires veulent un certificat de normalité.
È interessante, però, notare la crescita esponenziale di unioni miste: in questi casi i partner vogliono un certificato di normalità.

De plus, avec le mariage s'enclenche également un mécanisme important de protection et d'inclusion sociale.
Di più: con le nozze scatta anche un importante meccanismo di protezione e inclusione sociale».

Annamaria Bernardini De Pace, spécialisée dans els affaires matrimoniales, est convaincue que les jeunes d'aujourd'hui considèrent le mariage avant tout dans sa dimension légale : «Pour vivre ensemble, il n'est plus nécessaire de se marier et la cérémonie a perdu de son charme – observe l'avocat -.
" Annamaria Bernardini De Pace, matrimonialista, è convinta che i giovani oggi considerino il matrimonio soprattutto come un vincolo giuridico: «Per vivere insieme non è più necessario sposarsi: così la cerimonia ha perso il suo fascino - osserva l' avvocato -.

Elle est souvent perçue seulement comme un ensemble de contraintes.
Spesso viene vista solo come un' assunzione di doveri.

Le boom des couples mixtes, toutefois, peut être considéré comme une conséquence de la peur qu'ont les hommes de la trentaine aujourd'hui.
Il boom di coppie miste, invece, lo considero una conseguenza della paura che gli uomini hanno delle trentenni di oggi.

Les femmes savent ce qu'elles veulent et pourquoi, ce qui, par moments, fait peur.
Sono donne che sanno quello che vogliono e per questo, a volte, spaventano».

Giancarlo Martella, commissaire pour le service civique, souligne: «Les mariages multi-ethniques reflètent une ville en mutation, mais ces choix souvent sont aussi très pratiques, faits pour résoudre les problèmes bureaucratiques comme le permis de résidence».
Giancarlo Martella, assessore ai Servizi civici, puntualizza: «I matrimoni multietnici riflettono una città che cambia, ma spesso sono anche scelte di comodo compiute per risolvere problemi burocratici, come i permessi di soggiorno».

Note de couleur: les Italiens convolent souvent avec un étranger plus jeune (ceux de 40-65 ans qui se marient en couples mixtes sont 10% de plus).
Nota di colore: gli uomini italiani spesso convolano a nozze con straniere molto più giovani (i 40-65 enni che si sposano nelle coppie miste sono il 10% in più).

Et, généralement, les Milanais prononcent le « oui » fatidique à de jeunes gens de quelques années de moins.
E, di solito, le milanesi dicono il fatidico «sì» a giovinotti di qualche anno in meno.

Simona Ravizza
sravizza@corriere.it


Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Mar 16 Fév - 19:49 (2010)    Sujet du message: Italie - Milan : 6 mariages sur 10 concernent des couples mixtes et étrangers Répondre en citant

Un meurtre provoque des affrontements entre communautés immigrées à Milan
LE MONDE | 15.02.10
Rome Correspondant
http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/02/15/un-meurtre-provoque-des-affrontements-entre-communautes-immigrees-en-italie_1306053_3214.html

Les affrontements entre communautés sud-américaine et nord-africaine qui ont eu lieu dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 février à Milan ont relancé la polémique permanente, en Italie, sur l'immigration. A la suite d'une dispute survenue dans un autobus, un Egyptien de 19 ans, Ahmed Abdel Aziz El Sayed Abdou, a été mortellement atteint d'un coup de couteau au thorax porté par un ressortissant péruvien.

Ce meurtre, survenu dans un quartier du nord-est de Milan habité par de nombreux immigrés, a été le déclencheur de plusieurs heures d'émeute. Dix-sept voitures ont été renversées et cinq magasins appartenant à des Sud-Américains ont été saccagés par une centaine de Nord-Africains. Des témoins, cités par la presse italienne, racontent avoir entendu des cris comme : "Italiens, nous allons vous massacrer", alors que, de leurs fenêtres, des habitants du quartier hurlaient : "Retournez chez vous." Quatre Egyptiens étaient en garde à vue dimanche.

Les violences racistes ont des précédents : le 20 septembre 2008, six Africains étaient assassinés par la Mafia à Castelvolturno, dans la banlieue de Naples, et des centaines d'immigrés manifestaient pour dénoncer "le racisme des Italiens". Les 7 et 8 janvier 2010 à Rosarno, en Calabre, des émeutes opposant des travailleurs journaliers africains aux habitants italiens ont conduit un millier d'immigrés à s'enfuir. Roberto Maroni, le ministre de l'intérieur, membre de la Ligue du Nord, et Silvio Berlusconi, le président du Conseil, ont attribué la responsabilité de ces affrontements à "l'immigration clandestine". La Ligue, très implantée dans l'Italie septentrionale et forte de quatre ministres au sein du gouvernement, veut profiter des émeutes de Milan pour justifier un tour de vis supplémentaire à l'encontre de l'immigration clandestine, quand bien même la victime de samedi était en situation régulière.

"Les contrôles ne suffisent plus, a commenté Matteo Salvini, député européen et conseiller municipal de Milan. Il faut blinder le quartier, contrôler et expulser maison par maison, étage par étage." M. Savelli s'était fait remarquer en 2009 en réclamant des wagons séparés pour les Italiens et les immigrés dans le métro milanais.

A la veille des élections régionales des 28 et 29 mars, la Ligue, qui vise la présidence de région en Vénétie et dans le Piémont, attise les peurs en comparant les violences de la capitale lombarde à celles des banlieues française en 2005. Pour le ministre de la simplification des lois, Roberto Calderoli, elles "sont une réponse à ceux qui s'obstinent à penser que l'intégration puisse advenir par la loi".

La gauche - et une minorité de droite regroupée autour du président de l'Assemblée nationale, Gianfranco Fini - milite en faveur d'une politique plus accueillante et d'un processus d'intégration fondé notamment sur l'octroi de la nationalité dans un délai de cinq ans, contre dix actuellement.

Le gouvernement s'y oppose et place des obstacles supplémentaires tels que la prochaine mise en place d'un permis de séjour à points, alors qu'il faut déjà plusieurs mois aux étrangers pour renouveler le leur. "Continuer à cultiver la question de l'immigration à des fins électorales et sans chercher à régler le problème n'est plus acceptable", a déclaré le secrétaire national du Parti démocrate (centre gauche), Pierluigi Bersani.

Face aux flambées de violence régulières à l'encontre des immigrés, deux rapporteurs spéciaux de l'ONU pour les droits des migrants et contre le racisme, Jorge Bustamante et Githu Muigai, ont invité en janvier les autorités italiennes à "prendre toutes les mesures nécessaires pour combattre les croissantes attitudes xénophobes". Le ministre de la politique européenne, Andrea Ronchi, a répondu : "En Italie, il n'y a pas de racisme. C'est une accusation de personnes qui ne connaissent pas l'Italie. "



Philippe Ridet

--------------------------------------------------------------------------------
Rome détruit l'un des plus grands camps roms d'Europe

Lundi 15 février au matin, les pelleteuses ont achevé d'abattre les baraques du camp de Casalino 900, aux portes de Rome. Ce bidonville - un des plus grands d'Europe, qui abritait plus d'un millier de Roms ressortissants du Monténégro, du Kosovo, de Macédoine et de Bosnie -, a symbolisé pendant plus de trente ans le sort des immigrés en Italie.

Le maire de la capitale italienne, Gianni Alemano (droite), s'est félicité de la disparition de "cette honte pour l'Italie" et a promis la fermeture de la dizaine d'autres camps de fortune installés aux alentours de Rome. Les habitants seront relogés dans des habitations préfabriquées au-delà des limites de la capitale italienne. - (Corresp.)


Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Mar 11 Mai - 04:54 (2010)    Sujet du message: Italie - Milan : 6 mariages sur 10 concernent des couples mixtes et étrangers Répondre en citant

Le vent tourne pour les immigrés de Turin
Financial Times par Presseurop.eu
10 mai 2010
http://www.presseurop.eu/fr/content/article/248821-le-vent-tourne-pour-les-immigres-de-turin

Les choses changent lentement en Italie et, alors que la ville industrielle de Turin est en passe de devenir la municipalité la plus progressiste du pays en s’attaquant aux problèmes d’intégration, le flux de l’immigration pourrait commencer à se tarir.

Citation:


Si les chiffres restent anecdotiques pour le moment, il semble qu’au sein de la communauté marocaine au moins (le groupe le plus important d’immigrés non-européens, qui compte quelque 30 000 membres à Turin) certains plient bagage et rentrent au pays. La crise économique fait rage et trouver un travail devient mission impossible. Comme si cela ne suffisait pas, en raison de la nouvelle législation, il est encore plus difficile pour les immigrés de renouveler leur permis de résidence. De plus, le parti xénophobe de la Ligue du Nord, allié intransigeant du gouvernement de centre-droite, revient en force après de bons résultats lors des élections régionales du mois dernier.

Les Musulmans doivent prier dans des garages ou des caves

Abdelaziz Khounati, le président marocain de l’association musulmane chargée de construire une mosquée à Turin, ne compte plus les villes où la Ligue du Nord a bloqué des projets similaires, allant même jusqu’à menacer d’amener des porcs sur le terrain prévu pour la construction afin de le profaner. “D’abord, la Ligue a fait campagne contre les Italiens du sud qui se sont installés à Turin il y a des années. Ensuite, ils s’en sont pris aux étrangers en général. A présent, c’est le tour de Musulmans”, explique-t-il, debout dans le grand bâtiment vide, un ancien atelier de couture tenu par des Chinois, où devrait être construite la nouvelle mosquée de la Miséricorde. Ce ne sera que la deuxième mosquée formellement reconnue en Italie, après celle de Rome, financée par le gouvernement marocain. Pour l'heure, les Musulmans d’Italie doivent prier dans des “centres culturels”, parfois rien de plus qu’un garage ou une cave.

“Nous plaidons pour une société ouverte, intégrée et multiculturelle, où les droits de chacun seront respectés”, ajoute Abdelaziz Khounati. A côté de la mosquée, un centre culturel islamique sera ouvert pour la promotion des études, des initiatives sociales et du dialogue interconfessionnel. “Nous avons mené une véritable guerre des nerfs pour cette mosquée”, déclare, Ilda Curti, chargée de l’intégration pour Sergio Chiamparino, le maire populaire de gauche de Turin. Elle fait référence à la manière dont la Ligue du Nord a tenté d’exploiter les flous juridiques pour bloquer, en vain, le projet.

La Ligue du Nord veut supprimer les allocations chômages pour les non-Italiens

Turin, que les Nations unies qualifient de "meilleur exemple" pour l’Italie, s’est centrée sur l’intégration dans les écoles et mène un programme permettant aux jeunes immigrés de faire du travail social bénévole, contournant ainsi les règles pour s’assurer qu’ils conservent leur permis de résidence.De plus, ajoute Ilda Curti, les difficultés pour obtenir la nationalité italienne chassent également de jeunes immigrés talentueux qui ont fait des études mais se retrouvent devant des barrières insurmontables.
Le “corporatisme féodal” de nombreuses associations professionnelles fait en effet de la nationalité italienne une condition indispensable pour être membre. La victoire électorale de la Ligue du Nord le mois dernier dans le Piémont, la région dont fait partie Turin, ne fera qu’empirer les choses pour les immigrés. La Ligue du Nord a l’intention d’interdire l’accès des non-Italiens aux allocations chômage, une caractéristique pourtant propre au Piémont, même si certains paient des taxes depuis de nombreuses années.

Mohammad Mouharba a fait partie de la première vague d’immigrants en 1989, lorsque l’Italie offrait emplois et permis de résidence. Il dirige à présent une boulangerie prisée, spécialisée en pâtisseries arabes et italiennes, située au coin de Porta Palazzo, le plus grand marché en plein air d’Europe, où de nombreuses échoppes de fruits et légumes sont tenues par des Marocains. Des personnes qu’il connaît depuis longtemps rentrent chez elles, après avoir échoué à renouveler leur permis de résidence. “Ils expulsent ceux qui n’ont pas de travail. C’est inhumain, dénonce-t-il. Et avec la Ligue, ce sera pire encore". Les deux enfants de Mohammad Mouharba, âgés de 18 et 15 ans, ont la nationalité italienne et sont “plus italiens que marocains, dit-il. Mais ici, on reste toujours un immigré”.



Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Sam 30 Avr - 22:30 (2011)    Sujet du message: Italie - Milan : 6 mariages sur 10 concernent des couples mixtes et étrangers Répondre en citant

Pourquoi l'Italie fait semblant de redouter une invasion d'immigrés
La Tribune
30 avril 2011
http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110429trib000618757/pourquoi-l-italie-fait-semblant-de-redouter-une-invasion-d-immigres.html

Citation:


Depuis l'arrivée de 27.650 migrants du Maghreb sur ses côtes, Silvio Berlusconi et ses alliés xénophobes de la Ligue du Nord agitent le risque d'une "invasion massive" étrangère. Eux-mêmes régularisent toutefois trois fois plus d'étrangers. Car le pays a besoin de 350.000 immigrés par an pour maintenir sa population active.

La cause serait entendue : l'Italie serait envahie par des boat people fuyant des pays récemment libérés d'un dictateur (la Tunisie) ou en proie à la guerre civile (la Libye). Le « Bel Paese » serait l'antichambre de l'Europe, elle-même menacée par une horde de migrants arabes et musulmans. Il n'y aurait finalement qu'une seule chose à faire : sceller les frontières extérieures de l'Union européenne (et parfois intérieures comme Paris l'a proposé) pour éviter une déferlante sur nos 27 pays de l'UE. Le gouvernement de Silvio Berlusconi fournit bien volontiers un décompte des migrants débarqués sur les côtes italiennes depuis le début de cette année, en somme depuis les premiers effets des révolutions au Maghreb, en premier lieu en Tunisie. 23.589 migrants arrivés de Tunisie sur 372 bateaux, le plus souvent de fortune. De Libye sont arrivés 4.061 personnes sur 18 bateaux, selon le secrétaire d'État à l'Intérieur italien, Alfredo Mantovano.

Durant la même période de l'an dernier, à peine 25 personnes auraient débarqué de cette façon, selon le ministre de l'Intérieur Roberto Maroni, un des leaders du parti régionaliste et xénophobe de la Ligue du Nord.

Une invasion donc ? Loin de là. Ces 27.650 migrants de Tunisie et de Libye, pour la plupart de jeunes hommes tout à fait capables de travailler, représentent moins d'un tiers des migrants que le gouvernement de Silvio Berlusconi a décidé d'accueillir cette année !

La péninsule va en effet accorder, en 2011, 97.080 permis de travail à des ressortissants non européens, au titre de l'immigration légale. Début février ont déjà eu lieu les procédures de demandes via Internet, soit un de ces « click day » que les autorités italiennes affectionnent pour, en fait, régulariser des centaines de milliers d'immigrants irréguliers travaillant déjà dans la péninsule. Au premier jour, le 31 janvier, plus de 300.000 personnes avaient demandé par ordinateur à être ainsi régularisées, trois fois plus que le quota prévu.

Cette politique n'est pas nouvelle. Sous le gouvernement de gauche de Romano Prodi, 520.000 entrées régulières pour des ressortissants de pays hors UE avaient été autorisées pour la seule année 2006. Et sous le précédent exécutif dirigé par Silvio Berlusconi (2001-2006), la nouvelle législation sur l'entrée et le séjour des étrangers (la loi Bossi-Fini) déboucha sur la régularisation de 700.000 étrangers présents en Italie. De quoi fâcher le ministre français de l'Intérieur de l'époque, Nicolas Sarkozy, parlant « d'appel d'air » ainsi créé en Europe.

On aurait pu croire que, sous l'actuelle férule du ministre de l'Intérieur, la demande de migrants aurait cesser. « Abbiammo fermato l'invasione » (dans le texte : « Nous avons arrêté l'invasion ») proclame en effet une de ces affiches de la Ligue du Nord, avec la photo d'un bateau accueillant une foule de migrants. Le nombre d'immigrants autorisés par an a certes un peu diminué (autour de 100.000) mais il reste important. « Le besoin de ?badanti? [en fait des femmes, en général étrangères, prenant soin des personnes âgées italiennes à leur domicile] et de femmes de ménage est en hausse non seulement pour nos seniors mais aussi pour les familles des immigrés qui demandent l'arrivée de leurs concitoyens pour aider aux tâches ménagères en Italie », explique Pino Gulia, responsable immigration de l'association Acli.

Ces migrants arrivent toutefois en Italie non pas sur des bateaux de fortune, sur une île facilement circonscrite et sous le feu des caméras de télévision du monde entier. Ces migrants venant compenser un État providence défaillant (il n'y a pas d'assurance dépendance digne de ce nom en Italie) entrent en toute légalité en Italie avec un visa de tourisme le plus souvent. Ils y demeurent ensuite, presque sûrs d'être vite régularisés.

Durant la décennie 1999-2008 chaque année le nombre d'étrangers en Italie a augmenté de 350.000 personnes en moyenne » comme le rappelle le démographe Francesco C. Billari. Il précise que, pour maintenir la population active résidente en Italie au niveau actuel, il faudra maintenir leur entrée à ce rythme à moins de se résoudre à une réduction du nombre d'actifs dans la péninsule. Si le taux de fécondité italien s'est un tant soit peu relevé depuis son plus-bas de 1995 (1,19 enfant par femme), il est encore loin d'assurer le maintien duy niveau actuel de population. Mais alerter contre une « invasion » de migrants arabes et musulmans (et se plaindre du manque d'aide des partenaires européens) sert les intérêts électoraux de l'exécutif Berlusconi. « Le risque immigration aide Berlusconi et nous aide », a bien résumé fin février le leader de la Ligue du Nord, Umberto Bossi.



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:20 (2017)    Sujet du message: Italie - Milan : 6 mariages sur 10 concernent des couples mixtes et étrangers

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Franco-Etrangers Index du Forum -> couples et familles binationales -> A la Une Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com