Franco-Etrangers Index du Forum

Franco-Etrangers
Vivre en France en famille

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Site Meter
Hollande : Le Ministre de la Défense sera aussi en charge de l'Intégration

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Franco-Etrangers Index du Forum -> couples et familles binationales -> A la Une
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Mar 2 Mar - 20:23 (2010)    Sujet du message: Hollande : Le Ministre de la Défense sera aussi en charge de l'Intégration Répondre en citant

Hollande : Le Ministre de la Défense sera aussi en charge de l'Intégration

Extrême-droite à l'affût et basculement prochain sous législation européenne

Citation:


Dans le contexte d'une coalition gouvernementale explosée et d'une course entre la plupart des partis,
de droite mais aussi de gauche, pour passer un accord gouvernemental avec une extrême-droite triomphante
qui pourrait devenir la seconde force politique du pays, le ministère de l'Intégration,
des Communautés et du Logement a été confié le 23 février 2010 au ministre de la Défense,
Eimert van Middelkoop, par la reine Beatrix.

Tant pour les populations traditionnelles que pour celles liées à l'immigration, ce sera donc au Ministère de la Défense
de gérer les effets de la crise ainsi que les conséquences de l'entrée en vigueur des prochaines directives européennes.

Les Hollandais issus de l'immigration récente représentent quelques 10% des électeurs du pays.



http://www.defensie.nl/actueel/nieuws/2010/02/23/46148300/Van_Middelkoop_krijgt_beheer_over_Wonen_Wijken_en_Integratie&prev

Voir également l'article de the Economist:

The Dutch government falls
Wild things
The far right promises to do disturbingly well on June 9th
Feb 25th 2010 | THE HAGUE | From The Economist print edition
http://www.economist.com/world/europe/displayStory.cfm?story_id=15581202

Citation:


GOVERNMENT crises in the Netherlands tend to be played out with little international publicity.
But when the Dutch coalition cabinet fell on February 20th it was done messily
and in public—and the ripples were felt as far away as Afghanistan, drawing the world’s attention.

The Labour Party quit the government because it could not agree with the Christian Democrats
to extend the service of 2,000 Dutch troops in Afghanistan’s Uruzgan province (see article).
In its early days in 2007 the cabinet agreed to a withdrawal in 2010. Labour insisted on sticking
to this despite a written request from NATO for an extension under a changed mandate.
Parliamentary debate turned rancorous, with accusations of bad faith hurled around on
live television. There was more than a hint of personal irritation between Wouter Bos,
the Labour leader, and Jan Peter Balkenende, the Christian Democratic prime minister.

Labour’s decision was guided in part by political calculations. With its popularity plummeting,
the party may have hoped that blowing up a government over the unpopular Afghan
commitment would play well with voters. Its ratings duly rose this week. But polls
suggest that, after a new election on June 9th, Labour may be only the fifth-biggest party
in a parliament dominated by the right and the liberals.

In truth, the established parties have been struggling ever since the late Pim Fortuyn
exploded on to the scene in 2002. Support for the biggest far-right party today,
Geert Wilders’s Freedom Party, has shot up in recent months. According to polls,
if the election were held now, it would be the second-largest party, just two seats
short of the Christian Democrats.

Mr Wilders is best known for his virulent anti-Islamic rhetoric. But his party has been
broadening its policies. Mr Wilders not only champions limits on immigration,
especially from Muslim countries, but also promises to cut red tape for small businesses,
reduce taxes and improve care for the elderly. He wants a halt to European Union enlargement,
including a flat no to Turkish entry. He is also opposed to the Dutch deployment in Uruzgan.

Mr Wilders casts a long shadow over Dutch politics. The other parties detest him personally,
but have been courting his voters. Several prominent Labour politicians have issued a call
to all parties not to allow Mr Wilders to influence the next government. But this could backfire.
Labour’s own immigration policy is moving towards that of Mr Wilders. Calls for a cordon sanitaire
may not go down well with the 10% of voters who are foreign-born.

The polls suggest that post-election coalition-building will be tricky. At present they indicate
that no three parties will be able to command a majority. This points either to a large,
fractious coalition or to a minority government. Neither promises stability. Many believe
that Mr Wilders will call the shots even if his party is excluded from the cabinet.

The local elections on March 3rd will give a first hint of the parties’ strengths. Mr Wilders’s
party is running only in two municipalities, partly because of a lack of experienced candidates.
But that may not stop it doing well in June.



Dernière édition par Admin le Mar 16 Mar - 18:02 (2010); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 2 Mar - 20:23 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Ven 12 Mar - 18:32 (2010)    Sujet du message: Hollande : Le Ministre de la Défense sera aussi en charge de l'Intégration Répondre en citant

Les Pays-Bas, laboratoire de l’« extrême droite 2.0 »
Blogmondediplo.net, par Alain Gresh
mardi 9 mars 2010
http://blog.mondediplo.net/2010-03-09-Les-Pays-Bas-laboratoire-de-l-extreme-droite-2-0

Citation:


Les résultats des élections municipales du 3 mars aux Pays-Bas ont montré une forte
progression du Parti pour la liberté (PVV) de Gert Wilders, qui pourrait devenir, lors des
élections générales de juin, une force essentielle du pays. Ce parti xénophobe et populiste,
qui affirme vouloir « lutter contre l’islamisation des Pays-Bas », présentait des listes
dans deux villes uniquement. Il est arrivé en tête à Almere (190 000 habitants),
avec 21,6% des voix. A La Haye, il est le deuxième parti.

Deux analyses intéressantes de cette progression :

Libération.fr du 5 mars publie un entretien avec Jérôme Jamin, professeur à l’université
de Liège et auteur de L’imaginaire du complot, qui analyse les spécificités
du phénomène Wilders : « Wilders parvient à articuler son rejet de l’islam dans un registre
quasi progressiste ».

A la question « Où se situe Wilders sur le spectre politique ? », Jamin répond :

« C’est un libéral de droite, populiste, mais pas d’extrême droite. L’extrême droite renvoie
à un discours ultra-nationaliste contre tous les étrangers. Wilders, lui, se prononce pour
l’égalité hommes-femmes, la défense des homosexuels. Il n’a jamais de discours antisémite. »

« La dimension populiste est quant à elle très classique. Ce n’est pas la première fois
– en Europe comme aux Pays-Bas – qu’un parti tient un discours à la gloire du peuple,
contre les élites. C’est une posture hors-système habituelle, avec un rejet des partis
en place, accusés d’inefficacité. »

« L’autre élément, très important chez Gert Wilders, c’est la stratégie originale utilisée
pour critiquer l’islam. Un certain nombre de partis populistes de droite ou d’extrême droite
ont compris que la meilleure manière de développer leurs thèses, c’était de ne plus le faire
sur un registre xénophobe. »

« Wilders parvient à articuler son rejet de l’islam dans un registre quasi progressiste et laïc.
Il brouille l’analyse. Il utilise par exemple les vieilles idées de l’égalité homme-femme,
de défense de la liberté d’expression, contre l’islam. C’est une façon de détourner les valeurs
et de les reprendre sous un angle très hostile. »

Une analyse que reprend Laurent Chambon sur le site Minorites.org, dans un texte intitulé
« Retour à chaud sur les élections néerlandaises » (8 mars). Docteur en sciences politiques,
chercheur à l’Université de Poitiers et spécialiste des minorités en politique et dans les médias,
il a siégé pour le Parti travailliste à Amsterdam Oud-Zuid de 2006 à 2010.

« Une des inventions bénéluxiennes les plus populaires est une extrême droite post-coloniale
et post-raciste (en tout cas dans sa forme), qui base son rejet des migrants sur des critères laïcs
et “progressistes”. Le Vlaams Belang de Filip Dewinter en est un bel avatar flamingant et islamophobe,
et Pim Fortuyn et sa LPF, Rita Verdonk et son Troots op Nederland (ToN, “Fier des Pays-Bas”)
comme Geert Wilders et son Partij voor de Vrijheid en sont différentes versions néerlandaises.

Le Vlaams Belang a été le premier à savoir rassembler ouvriers flamands au chômage,
commerçants angoissés, homos en cuir et juifs orthodoxes anversois contre les musulmans,
alors que Jean-Marie Le Pen faisait encore des vannes lourdes sur les chambres à gaz
ou le lobby juif. Dewinter arrivait déjà à mobiliser les minorités non-musulmanes flamandes
avec la peur des musulmans. »

« Marine Le Pen s’essaye exactement à la même stratégie : elle décolonise et déblanchit son parti,
pour passer d’un discours raciste, homophobe et sexiste à un discours républicain,
tolérant envers les gays, les juifs et les noirs, mais très violent envers l’Islam. »

« La presse française hésite à qualifier d’extrême droite Geert Wilders et son parti, parce qu’il n’est
ni antisémite, ni raciste, ni homophobe. Mais c’est justement ça, la nouveauté. La plupart des électeurs
français enclins à voter à l’extrême droite n’ont pas connu ni l’Eglise toute puissante et sa messe en latin,
ni la décolonisation ni même la guerre d’Algérie. La plupart des électeurs de banlieue ont des potes
noirs, juifs, pédés ou arabes. Ils ont été à l’école ensemble, ils ont passé beaucoup de temps à tenir
les murs des cités pendant leur adolescence, ils vont peut-être pointer ensemble au Pôle Emploi. » (...)

« Donc je récapitule : Wilders est en train de mettre en place l’extrême droite version 2.0
débarrassée de racisme, d’homophobie et de colonialisme. La plupart des partis sont contaminés,
du VVD qui se gave des électeurs de Wilders là où il ne se présente pas, au Parti travailliste
qui met de l’ordre dans son programme et ses rangs en fonction des canons wildériens.

Et les partis du peuple (le CDA dans les campagnes, le SP dans les villes) se dépeuplent. Alors oui,
Wilders ne s’est présenté que dans deux villes, mais son idéologie a gagné énormément de terrain,
et pour citer notre Jean-Marie national, les électeurs préfèrent l’original à la copie. Il ne serait donc
pas surprenant que le PVV devienne le premier parti du pays, et je ne vois pas la droite avoir
des problèmes avec l’idée d’une coalition dirigée par Geert Wilders. Quant à son programme,
la gauche travailliste ayant déjà rendu son appareil et son programme compatibles, la résistance
ne devrait pas être énorme. »

« Dewinter a rendu xénophobe et nationaliste une grande partie du monde politique flamand,
et Wilders est en train d’y parvenir aux Pays-Bas. C’est ça, la leçon politique que le Bénélux
est en train de donner à l’Europe. Marine Le Pen y travaille en France, avec l’aide active
’Eric Besson, l’extrême-droite britannique y travaille aussi. Les pédés, les juifs et les noirs
peuvent enfin respirer, enfin officiellement, mais si j’étais musulman je commencerais
sérieusement à vérifier que mon passeport est encore valable, que j’ai de l’argent liquide disponible
et une valise sous la main. »

Non, le visage de la xénophobie et du nationalisme haineux n’a plus les mêmes contours
que dans les années 1930, ni même que dans les années 1960. Il n’en est pas moins inquiétant...



Dernière édition par Admin le Mar 16 Mar - 17:58 (2010); édité 1 fois
Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Sam 13 Mar - 00:17 (2010)    Sujet du message: Hollande : Le Ministre de la Défense sera aussi en charge de l'Intégration Répondre en citant

Pays-Bas: Démission du leader travailliste et interdiction
de faire venir son conjoint de l'étranger pour les moins de 21 ans

Le Journal Du Dimanche
12 mars 2009
http://www.lejdd.fr/International/Europe/Depeches/Pays-Bas-Demission-du-leader-travailliste-178740/

Le chef du parti travailliste néerlandais, l'ancien ministre des Finances Wouter Bos,
a quitté ses fonctions vendredi, trois semaines après l'éclatement de la coalition gouvernementale
et trois mois avant les élections législatives. Son successeur, le maire d'Amsterdam Job Cohen,
pourrait lui succéder dans la journée. La coalition gouvernementale du Premier ministre
Jan Peter Balkenende a éclaté le 20 février dernier en raison de divergences sur la mission
du pays en Afghanistan.

Citation:


Note multinational

Il semble surtout que Wouter Bos, qui, alors ministre des Finances de la coalition gouvernementale
tri-partite, avait fait chuter le gouvernement en février, se met désormais en réserve du Royaume.
On ne peut s'empêcher de faire le parallèle avec Lionel Jospin en 2002.

Tous les sites de couples mixtes hollandais retiennent de Wouter Bos qu'il incarnait la ligne dure
du parti travailliste contre l'immigration et les familles binationales (ce qui n'était pas le cas de Lionel Jospin).

Cette ligne politique contre l'immigration familiale et "l'immigration de mariage",
à la poursuite quelque peu affolée d'une extrême droite dont la presse prédit désormais
une possible victoire aux élections du 9 juin, vient d'être partiellement remise en cause
par l'arrêt Chakroun de la Cour de Justice Européenne du 4 mars 2010, qui contredit les
conditions financières très dures qui conditionnent le regroupement familial en Hollande
et refuse toute distinction en matière de regroupement familial entre les familles mariées
avant ou après l'installation en Hollande du premier conjoint.

Chaque médaille a pourtant son revers :

- D'un côté, les autorités hollandaises reconnaissent désormais, suite à l'arrêt Chakroun,
qu'elles ne peuvent imposer aux candidat au regroupement familial (familles étrangères
et familles hollando-étrangères) de ne bénéficier d'aucune aide publique. Imposer des revenus
suffisants pour ne pas avoir à solliciter les aides de base est autorisé mais élargir cette interdiction
aux aides "spéciales", complémentaires, n'est pas autorisé par la Cour de Justice de l'Union Européenne.

- De l'autre, ces mêmes autorités hollandaises réhaussent désormais l'âge minimum autorisant
à faire venir son conjoint de l'étranger à 21 ans. La Hollande rejoint ainsi le Royaume-Uni (21 ans)
et le Danemark (24 ans) dans la phobie de l'immigration de mariage par les jeunes nationaux
issus de l'immigration.

L'arrêt Chakroun est important y compris dans ses répercussions pour la France. On pense
en particulier aux aides au logement ou à la prime pour l'emploi désormais incluse dans le RSA.

Les modalités du regroupement familial des familles étrangères, en Hollande, en France ou
ailleurs en Europe, sont régies par la Directive 2003/86/CE qui s'imposent aux législations nationales.

Dans le courrier annonçant son retrait de la vie politique, Wouter Bos insiste à plusieurs reprise
sur sa volonté de se consacrer à sa vie familiale et à ses trois enfants.

Arrêt Chakroun
Cour de Justice de l'Union Européenne

4 mars 2010
http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:62008J0578:FR:HTML



Dernière édition par Admin le Mar 16 Mar - 18:00 (2010); édité 1 fois
Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Mar 16 Mar - 17:51 (2010)    Sujet du message: Hollande : Le Ministre de la Défense sera aussi en charge de l'Intégration Répondre en citant

Cohn-Bendit prédit que Marine Le Pen
engagera "une stratégie d'ouverture" à droite


L’Européen D. Cohn-Bendit, qui suit attentivement la situation partout en Europe,
ne prend pas grand risque à annoncer la stratégie du FN.

Dans un premier temps, pour tenter de grossir, l’extrême-droite française continuera
à se prétendre à l’écart des autres partis. Ni UMP, ni PS, tous complices … C’est le dernier rôle
que joue actuellement Jean-Marie Le Pen, le père, avec pour cible la jeunesse franco-française
à laquelle il faut présenter le système politique comme un jeu de dupes, les partis « installés »
s’entendant pour se répartir le pouvoir et ses prébendes au dépend de la France.

Dans un second temps, le Front National tentera de profiter du probable affaiblissement de l’UMP
aux présidentielles de 2012 pour lui imposer une alliance. Ce sera le premier rôle de Marine Le Pen,
la fille. L’objectif en sera de devenir le pivot peu aimé mais pas moins indispensable d’une coalition
sans laquelle plus rien ne serait possible à droite. C’est l’exemple du Danemark.

Toute la difficulté sera de faire accepter aux troupes ce virage à 180 degrés. Les alliances politiques
représentant le diable lorsque le FN n’en est pas, il ne sera pas facile de prétendre qu’elles sont
en fait la solution lorsqu’il en fait partie. D’autant que tout principe d’alliance avec le FN contribuerait
à l’éclatement de la droite et donc, par ricochet, à renforcer la gauche.


Cohn-Bendit prédit que Marine Le Pen
engagera "une stratégie d'ouverture" à droite

Public Sénat
Le 16.03.2010
http://www.publicsenat.fr/lcp/politique/cohn-bendit-predit-marine-pen-engagera-une-strategie-douverture-droite-5111

Citation:


Le leader d'Europe Ecologie Daniel Cohn-Bendit a prédit mardi que Marine Le Pen
engagera le Front national dans "une stratégie d'ouverture" avec l'UMP et la droite
si elle succède à son père à la tête du FN, comme c'est prévisible.

"Je suis sûr que si Marine Le Pen reprend les rênes du Front national - ce qui est
vraisemblable après son succès, entre guillemets, dans le Nord aux régionales -
elle tentera d'arrondir les angles pour faire du Front national un allié potentiel
de l'UMP et de la droite", a déclaré M. Cohn-Bendit sur RMC et BFM-TV.

"Je crois que l'émancipation de la fille du père sera dans cette direction.
Jean-Marie Le Pen avait embrigadé le Front national dans une position où il ne pouvait
s'allier avec personne. Marine Le Pen aura une stratégie d'ouverture qui peut permettre
à l'UMP et au Front national de faire alliance", a expliqué l'eurodéputé Vert.

Mais, selon lui, "il faut d'abord la défaite de la droite en 2012 (à la présidentielle) pour
que la droite réfléchisse à comment reconquérir la majorité".

"Avec le débat sur l'identité nationale, Nicolas Sarkozy et Eric Besson voulaient siphonner
l'électorat du FN" et "c'est le contraire qui s'est produit", a par ailleurs souligné M. Cohn-Bendit.



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:11 (2016)    Sujet du message: Hollande : Le Ministre de la Défense sera aussi en charge de l'Intégration

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Franco-Etrangers Index du Forum -> couples et familles binationales -> A la Une Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com