Franco-Etrangers Index du Forum

Franco-Etrangers
Vivre en France en famille

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
Site Meter
ONU - Discriminations raciales - Rapport France 2009

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Franco-Etrangers Index du Forum -> couples et familles binationales -> Documents et dossiers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Dim 11 Avr - 20:29 (2010)    Sujet du message: ONU - Discriminations raciales - Rapport France 2009 Répondre en citant

Convention internationale
sur l’élimination
de toutes les formes
de discrimination raciale


Rapport 2009 présenté par le Gouvernement français

22 mai 2009

http://www.unhcr.org/cgi-bin/texis/vtx/refworld/rwmain/opendocpdf.pdf?reldoc=y&docid=4b7962672


CERD Rapport France - 22 Mai 2009

Citation:


TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION............................................................................................................... 9

PREMIÈRE PARTIE: OBSERVATIONS GÉNÉRALES.................................................. 10

A. Renseignements sur la population............................................................................. 10

1. Composition de la population ........................................................................... 10
a) Recensement............................................................................................ 10
b) Etrangers titulaires d’un titre de séjour ................................................... 10
2. Minorités et statistiques ethniques .................................................................... 12

B. Aperçu de la politique suivie depuis 2004 ................................................................. 13

1. La prévention et la répression des phénomènes racistes et xénophobes........... 13

a) Au plan interne ........................................................................................ 13
b) Au plan européen..................................................................................... 16
c) Au plan international ............................................................................... 18

2. La politique en matière d’accueil, de séjour et d’intégration des étrangers...... 20

3. Le droit d’asile .................................................................................................. 21

a) Le nombre des demandeurs d’asile ......................................................... 21
b) Le régime juridique applicable................................................................ 22
c) Les évolutions récentes ........................................................................... 23

4. Politique de lutte contre l’exclusion........................................................................... 26

5. Actions en faveur des gens du voyage ....................................................................... 27

a) Action visant à garantir aux gens du voyage l’exercice
de leur pleine citoyenneté........................................................................ 27
b) Domiciliation........................................................................................... 28
c) Application de la loi Besson du 5 juillet 2000 et logement
des gens du voyage.................................................................................. 28
d) Action en faveur de l’accès à l’emploi.................................................... 29
e) Soutien aux actions socio-éducatives en faveur des gens du voyage...... 29
f) Instances de concertation avec les gens du voyage
au niveau national et local....................................................................... 29
g) La scolarisation des enfants du voyage................................................... 30

6. La politique de la ville ...................................................................................... 31

a) Les Ateliers Santé-Ville (ASV) .............................................................. 31
b) Le programme «Réussite éducative» ...................................................... 31
c) L’accès au droit par la lutte contre toutes les discriminations ................ 32

(b]C. Présentation juridique des collectivités territoriales d’outre-mer [/b].............................. 33

1. Rappel du cadre institutionnel outre-mer ......................................................... 33

2. Le statut juridique des populations autochtones d’outre-mer........................... 34

a) Le principe d’égalité des droits ............................................................... 34
b) Le respect des particularismes locaux..................................................... 35
c) La Délégation interministérielle à l’égalité des chances
des Français d’outre-mer......................................................................... 36
d) Le corps électoral en Nouvelle-Calédonie .............................................. 37
e) Politique de la ville et logement social outre-mer................................... 38
f) L’égalité sociale outre-mer ..................................................................... 39
g) La santé outre-mer................................................................................... 40


DEUXIÈME PARTIE: OBSERVATIONS PARTICULIÈRES RELATIVES AUX
ARTICLES 2 À 7 DE LA CONVENTION ..................................................................... 41

ARTICLE 2 ......................................................................................................................... 41

A. Renforcement des politiques de lutte contre les discriminations raciales.................. 41

1. Politique pénale................................................................................................. 41
a) Un cadre juridique renforcé..................................................................... 41
b) Création de pôles anti-discrimination...................................................... 42

2. Autres mesures.................................................................................................. 42

B. Politiques en faveur de l’accueil, de l’intégration, ainsi que de
la promotion sociale et professionnelle
...................................................................... 44

1. Le contrat d’accueil et d’intégration ................................................................. 44

a) Le cadre juridique.................................................................................... 44
b) Les statistiques pour l’année 2007 .......................................................... 45
c) Les évolutions récentes introduites par la loi no 2007-1631
du 20 novembre 2007 relative à la maîtrise de l’immigration,
à l’intégration et à l’asile ......................................................................... 46

2. La promotion sociale et professionnelle ........................................................... 46

a) Soutien aux associations de lutte contre le racisme et la xénophobie ..... 47
b) Soutien aux actions renforçant l’accès aux droits ................................... 47
c) Soutien à des actions en faveur des femmes immigrées
et issues de l’immigration........................................................................ 47
d) Création d’une Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI) .... 47
e) Création d’une Commission «Images de la diversité»............................ 48
f) Soutien de la création du réseau intégration et prévention
des discriminations .................................................................................. 48
g) Développement d’actions pour favoriser la réussite scolaire
et promouvoir l’égalité des chances pour les jeunes immigrés
ou issus de l’immigration ........................................................................ 48

C. Paysage institutionnel................................................................................................. 48

1. Comité interministériel à l’intégration (CII)..................................................... 49
2. Haut conseil à l’intégration (HCI) .................................................................... 49
3. Haute Autorité de lutte contre les discriminations
et pour l’égalité (HALDE)................................................................................ 49
4. Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH)............ 50

ARTICLE 3 ......................................................................................................................... 51

ARTICLE 4 ......................................................................................................................... 51

A. Les évolutions et perspectives législatives françaises
en matière de liberté de la presse
............................................................................... 52

1. Évolutions législatives ...................................................................................... 52

a) La diffamation et l’injure publiques à raison de l’origine
ou de l’appartenance raciale ou religieuse. ............................................. 52
b) La contestation des crimes contre l’humanité ......................................... 52
c) Le régime procédural de la loi sur la presse............................................ 52
d) L’article 14 de la loi de 1881 .................................................................. 52

2. Les perspectives législatives............................................................................. 53

B. Autres dispositions législatives sur la lutte contre la propagande raciste .................. 53

1. La loi du 10 janvier 1936.................................................................................. 53
2. La loi du 16 juillet 1949.................................................................................... 53

ARTICLE 5 ......................................................................................................................... 54

A. Droit à la sûreté .......................................................................................................... 54

1. Lutte contre les comportements racistes, antisémites et xénophobes............... 54
a) Evolutions législatives ............................................................................ 54
b) Actions du Ministère de la justice ........................................................... 55
c) Les actions du Ministère de l’intérieur et du Ministère de la défense .... 58

2. Incidents à caractère raciste impliquant des membres
des forces de l’ordre.......................................................................................... 59
a) Mesures préventives ................................................................................ 59
b) Enquêtes .................................................................................................. 60
c) Sanctions ................................................................................................. 62

B. Droits politiques ......................................................................................................... 62

C. Les autres droits civils................................................................................................ 62

1. Droit à une nationalité....................................................................................... 62

2. Droit de se marier et de choisir librement son conjoint .................................... 63

3. Droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ................................. 64

a) Loi du 15 mars 2004................................................................................ 64
b) Personnes détenues.................................................................................. 64

D. Les droits économiques, sociaux et culturels ............................................................. 65

1. Le droit au travail.............................................................................................. 65
a) Le cadre juridique général ....................................................................... 65
b) La politique d’intégration par l’accès à l’emploi .................................... 65
c) La mise en conformité avec le droit communautaire .............................. 65
d) Les dérogations au principe de l’interdiction des discriminations .......... 67
e) Les garanties pour les victimes ............................................................... 67

2. Le droit de fonder des syndicats et de s’affilier à des syndicats....................... 68

3. Le droit au logement ......................................................................................... 68

4. Le droit à pension des anciens combattants de nationalité étrangère ............... 69

5. La valorisation des langues régionales outre-mer............................................. 72

ARTICLE 6 ......................................................................................................................... 75

A. Le droit à réparation ................................................................................................... 75
B. L’accès effectif aux tribunaux: l’aide juridictionnelle ............................................... 75

C. Données chiffrées....................................................................................................... 76

ARTICLE 7 ......................................................................................................................... 76

A. Les dispositifs institutionnels de prévention et de surveillance des actes racistes..... 77

1. Connaître les actes ............................................................................................ 77
2. Prévenir les violences en milieu scolaire.......................................................... 77
3. Nouer des partenariats ...................................................................................... 78
a) Partenariat avec la Haute Autorité de lutte contre les discriminations
et pour l’égalité (HALDE). ..................................................................... 78
b) Partenariat avec la Cité nationale de l’histoire de l’immigration............ 78
c) Partenariat avec la LICRA ...................................................................... 78

B. Les orientations pédagogiques ................................................................................... 78

1. Les programmes scolaires................................................................................. 78
2. Les programmes d’instruction civique ............................................................. 79
3. L’enseignement des génocides ......................................................................... 79
4. L’enseignement de l’histoire de l’immigration ................................................ 80
5. L’enseignement des traites négrières et de l’esclavage. ................................... 80
6. La compréhension de la diversité des civilisations
et des regards sur le monde............................................................................... 80

C. Les actions éducatives................................................................................................ 81

D. La formation des enseignants..................................................................................... 82

1. La formation initiale des enseignants ............................................................... 82
2. Le plan de formation national du ministère de l’Education nationale .............. 82
3. La formation continue dans les académies ....................................................... 82

E. Actions pédagogiques à l’attention des élèves nouvellement arrivés ........................ 83

1. L’intégration des enfants primo-arrivants......................................................... 83
a) Les modalités d’accueil ........................................................................... 83
b) Effectifs et encadrement.......................................................................... 84

2. La valorisation des acquis de la langue française ............................................. 85

3. Le lien avec la langue et la culture d’origine.................................................... 85

4. L’enseignement des langues vivantes étrangères. ............................................ 85

F. Une politique volontariste d’égalité des chances....................................................... 86

1. L’éducation prioritaire ...................................................................................... 86
2. Une politique interministérielle ........................................................................ 86

LISTE DES ANNEXES ......................................................................................................88



Edit du 26 aout 2010 : Passage en annonce globale


Dernière édition par Admin le Dim 18 Aoû - 16:44 (2013); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 11 Avr - 20:29 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Ven 2 Juil - 00:53 (2010)    Sujet du message: ONU - Discriminations raciales - Rapport France 2009 Répondre en citant

Base Elèves : La décision du Conseil d’Etat approche.
Pris de panique, les Inspecteurs d'Académie accentuent les menaces et pressions sur les directeurs d'école !
Retrait Base Elèves sur Wordpress
22 juin 2010
http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2010/06/22/menaces-et-pressions-saccentuent-sur-les-directeurs/

Note multinational 1er juillet : La décision du Conseil d'Etat devrait en fait être connue début août 2010. L'intéressant repose bien sûr sur les références qui feront ou non mention des Conventions Internationales ainsi que leur interprétation.

Citation:


Les dossiers déposés devant le Conseil d’Etat demandant l’annulation des actes de mise en oeuvre de Base Elèves 1er degré, de l’arrêté du 20 octobre 2008 et des actes de mise en oeuvre de la Base Nationale des Identifiants Elèves (BNIE) [1], devraient faire l’objet d’un premier jugement le 30 juin 2010.

Au même moment, le Ministère de l’Education Nationale et certains Inspecteurs d’Académie accentuent encore les pressions sur les directeurs d’école qui refusent toujours de ficher dans Base Elèves les enfants qui leur sont confiés. En effet, dans de nombreux départements dont la Drôme et le Puy-de-Dôme, les écoles ont reçu une injonction à remplir ou mettre à jour Base Elèves avant le 15 juin, certains directeurs ont reçu un courrier les menaçant de sanctions financières ou de retrait d’emploi et d’autres ont été convoqués par leur Inspecteur d’Académie.

Pourtant, un rapport du 24 février 2010 (déjà évoqué par le CNRBE) émanant de la Représentante du Secrétaire Général des Nations Unies sur la situation des Défenseurs des droits de l’homme dans le monde [2], mentionne que « des craintes ont été exprimées quant au fait que les mesures disciplinaires prises à l’encontre des directeurs d’école refusant de renseigner Base Elèves soient liées à leurs activités non violentes de promotion et de protection des droits de l’homme, notamment du droit au respect de la vie privée ». Les directeurs cités sont ainsi reconnus comme des défenseurs des droits des enfants, comme le sont et le seront tous les enseignants refusant de renseigner Base Elèves.

En menaçant ces directeurs, les Inspecteurs d’Académie ne respectent ni les droits de l’homme, ni les droits de l’enfant, ni la résolution de l’ONU de 1999 qui stipule que « nul ne peut être châtié ou inquiété pour avoir refusé de porter atteinte aux droits de l’homme » [3], ni les avis du Comité des droits de l’enfant et du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, oubliant que les traités internationaux, dont la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) ont une autorité supérieure à celle des lois (article 55 de la Constitution).

En effet, en juin 2009, le Comité des Droits de l’Enfant, chargé de contrôler la mise en œuvre de la CIDE — ratifiée par la France en 1990 — s’est déclaré préoccupé des risques que Base Elèves fait peser sur la vie privée des enfants et de leur famille et notamment du fait que :

•Les objectifs de Base Elèves et son utilité pour le système éducatif n’étaient pas clairement définis ;
•Cette base de données pouvait être utilisée à d’autres fins, telles que la détection de la délinquance et des enfants migrants en situation irrégulière ;
•Les dispositions légales étaient insuffisantes pour prévenir son interconnexion avec les bases de données d’autres administrations ;
•Les parents ne pouvaient pas s’opposer ni n’étaient informés de l’enregistrement de leurs enfants dans la Base Elèves.

Entre autres demandes, Le Comité a enjoint à la France de ne saisir dans les bases de données que des renseignements personnels anonymes et de légiférer sur l’utilisation des données collectées en vue de prévenir une utilisation abusive des informations [4].

Ne tenant pas compte de cette recommandation du Comité, le Ministère de l’Education Nationale a affirmé a plusieurs reprises que « Base Elèves n’est pas un fichier national et que les rectorats et les services centraux du ministère ont seulement accès à des données anonymes », évitant ainsi de répondre aux vrais problèmes soulevés par le Comité.

Comment croire que les données saisies dans Base Elèves resteront anonymes, alors que :

•Les résultats individuels des élèves aux évaluations nationales CM2, censés n’être connus que des parents et des enseignants des écoles, seront cette année et dans toutes les académies, transmis systématiquement au collège d’accueil lors de l’admission en 6ème ?
•La numérisation et la saisie de cahiers des élèves et de questionnaires d’évaluations pour l’année 2009 a fait l’objet d’un appel d’offres du Ministère de l’Education Nationale en février 2009 ?
•Dans certaines académies pilotes, les dossiers des élèves entrant en 6ème (contenant les éléments relatifs à la maîtrise des connaissances et des compétences en CM2, aux suivis particuliers et aux attestations de compétence en langue vivante, en premiers secours et de première éducation à la route) vont être traités automatiquement avec l’application Affelnet 6ème et transférés automatiquement dans Sconet, le logiciel du second degré ?

Ces exemples confirmant malheureusement ce qu’il annonce depuis longtemps en matière d’interconnexion de fichiers et de non-confidentialité des données personnelles recueillies, le Collectif National de Résistance à Base Elèves (CNRBE) persiste à demander que :

•La France renonce au recueil et au traitement centralisé de données personnelles contenues dans Base Elèves 1er degré, dans Sconet, et dans tout autre fichier centralisé du même ordre ;
•La France renonce à la Base Nationale des Identifiants élèves (BNIE), qui permet de multiples interconnexions actuelles et futures avec d’autres bases administratives.
•Aucune donnée nominative ne sorte des établissements scolaires.

Plus que jamais, il est indispensable de soutenir tous les directeurs d’école dans leur refus de renseigner l’application Base Elèves et que l’Education Nationale montre l’exemple en respectant les conventions internationales qui régissent les droits de l’homme et de l’enfant, pour tout ce qui a trait au respect de la vie privée.

Le CNRBE

[1] Arrêté du 20 octobre 2008 portant création d’un traitement automatisé de données à caractère personnel relatif au pilotage et à la gestion des élèves de l’enseignement du premier degré : http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article2935

Déclaration de la Base Nationale des Identifiants Elèves (BNIE) à la CNIL (25 février 2006, complétée le 8 février 2007) : http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article2877. Lire aussi sur la BNIE : http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article3516

[2] Rapport présenté au Conseil des Droits de l’homme par la Représentante du Secrétaire Général des Nations Unies sur la situation des Défenseurs des droits de l’homme dans le monde (pages 129 et 130 du document, paragraphes 839 et suivants) : http://retraitbaseeleves.files.wordpress.com/2010/03/onu-a-hrc-13-22-add1_efs.pdf

[3] Déclaration sur le droit et la responsabilité des individus, groupes et organes de la société de promouvoir et protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales universellement reconnus : http://www2.ohchr.org/english/issues/defenders/docs/declaration/declaration_fr.pdf

[4] Observations finales du Comité des droits de l’enfant du 11 juin 2009 (pages 6, 11 et 12 du document, paragraphes 20, 21, 50 et 51) : http://www2.ohchr.org/english/bodies/crc/docs/co/CRC.C.FRA.CO.4_fr.pdf



Citation:


Les directeurs d’école sanctionnés pour leur refus de Base élèves sont reconnus
comme des défenseurs des droits de l’enfant
par les instances internationales de défense des droits de l’homme

http://retraitbaseeleves.wordpress.com/juridique/

Recours devant l’ONU

Rapport présenté au Conseil des Droits de l’Homme par la Représentante du Secrétaire Général des Nations Unies sur la situation des Défenseurs des droits de l’homme dans le monde (mars 2010)

Ce rapport confère aux directeurs sanctionnés ou en instance de l’être pour refus d’utiliser Base Elèves le statut de défenseurs des droits de l’homme menacés en raison de leurs activités en faveur des droits de l’enfant.

→ Document à télécharger au format .pdf :
http://retraitbaseeleves.files.wordpress.com/2010/03/onu-a-hrc-13-22-add1_efs.pdf

→ Les directeurs d’école contre Base élèves confortés par l’ONU, communiqué du CNRBE (12/03).
http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2010/03/12/droits-enfants-directeurs-confortes-onu/

→ Lettre ouverte aux Inspections d’Académie, communiqué du CNRBE (16/03).
http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2010/03/16/lettre-ouverte-aux-ia/

→ Les directeurs qui refusent “base élèves” : des défenseurs des droits de l’homme, article de la LDH Toulon (12/03).
http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article3796

→ Demande d’intervention à l’ONU pour protéger les défenseurs des droits des enfants (novembre 2009).
http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2009/11/24/intervention-a-l%e2%80%99onu-pour-proteger-les-directeurs-menaces/

→ L’Etat Français désobéit à la Convention des droits de l’enfant. Les opposants à Base élèves la respectent. (novembre 2009).
http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2009/11/19/etat-francais-desobeit-convention-droits-de-l%E2%80%99enfant/

Citation:


Comité des Droits de l’enfant

Le Comité des Droits de l’Enfant des Nations-Uniesa pris en compte les questions soulevées par le CNRBE en décembre 2008 concernant la mise en place de BE. Ces questions ont été débattues en audience publique le 26 mai 2009 à Genève.

Le 12 juin, le Comité a publié ses observations finales qui corrigent la France sur Base élèves mais aussi sur le projet de fichier de ONED (enfance en danger).

Principales informations (par ordre chronologique)

- 19 décembre 2008, le CNRBE adresse au Comité des Droits de l’Enfant de l’ONU une « présentation du dispositif nommé Base élèves premier degré dans l’éducation nationale en France », indiquant que ce fichier lui semble « contraire aux droits fondamentaux de l’enfant, et en particulier à la prise en compte de l’intérêt supérieur de l’enfant (art. 3), au droit de l’enfant d’exprimer librement son opinion sur toute question l’intéressant (art.12), à son droit de ne pas faire l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée et celle de sa famille (art. 16), et enfin au droit de l’enfant à l’éducation (art. 28) ». Lire l’ensemble du dossier du CNRBE.

- Février 2009: suite à l’interpellation du CNRBE, le Comité adresse des questions écrites à la France auxquelles elle devait répondre avant le 6 avril (voir l’intégralité du document de l’ONU).

Citation:


Les questions concernant Base élèves se trouvent dans le point n°6 :

Veuillez préciser les différentes banques de données dans lesquelles les informations personnelles sur les enfants sont collectées, stockées et/ou conservées. S’agissant en particulier du dispositif « Base-élèves 1er degré » veuillez préciser à quelle mission de service public servira le stockage au niveau national de données nominatives et indiquer les raisons pour lesquelles le droit d’opposition prévu par la loi ne s’applique pas à ce dispositif. Veuillez également informer le Comité des conséquences éventuelles que pourrait entraîner le refus des parents de fournir les informations requises sur leurs enfants.»



- Avril 2009: La France envoie ses réponses à l’ONU sur l’aspect Base élèves — et nos commentaires — et qui seront exposées lors de l’audience publique du 26 mai.

- 20 avril 2009: Le CNRBE réplique aussitôt par un complément d’information envoyé au Comité des droits de l’enfant.

- []26 mai 2009[/b]: compte-rendu de l’audience du 26 mai: Base élèves devant l’ONU: conclusions attendues le 12 juin.

- 12 juin 2009 : observations finales du Comité : l’ONU corrige la France sur le fichage des enfants (communiqué du CNRBE du 14 juin, réédité le 22 juillet).

- 22 juillet 2009: publication de la traduction française officielle, des recommandations du CDE du 11 juin.

→ Voir ci dessous les observations concernant la collecte de données et la protection de la vie privée.

Réactions :

- 25 juin 2009: analyse de la section France de Défense des Enfants International (DEI). Lire aussi les remarques du président de DEI-France Jean-Pierre Rosenczveig, président du Tribunal pour enfants de Bobigny (son billet intitulé «Genève : la France plus qu’épinglé sur les droits de l’enfant»).

- 8 juillet 2009: Réactions du l’UNICEF France aux observations de l’ONU (8 juillet) et de son président, Jacques Hintzy.

- 19 juillet 2009: Le CNRBE écrit à l’ensemble des parlementaires afin de leur apporter un complément d’information salutaire après les curieuses omissions du ministre Luc Chatel.

Presse :

•Le Monde en parle dans un article en date du 27 mars 2009.
•Article de La Marseillaise du 29 juin: Le fichier Base élèves mis au piquet
•Sélection d’articles de La LDH de Toulon: «Le ministre doit prendre en compte les conclusions du comité de l’ONU» (compilation des principales réactions suite à l’avis du CDE de l’ONU, 23 juin 2009). «On ne fiche pas les enfants» (qui reprend un article de François Nadiras du 18 mai 2009).

Citation:


Extraits des observations finales du CDE à la France, 11 juin 2009

Collecte de données :

20. Le Comité prend note de la mise en place d’un Centre de collecte et d’évaluation de données sur les enfants à risque, l’Observatoire National de l’Enfance en Danger (ONED). Toutefois, le Comité demeure préoccupé par les processus de collecte de données provenant de différents secteurs et par l’absence de méthode unifiée d’évaluation et d’exploitation de ces données entre les différents fournisseurs. Le Comité est également préoccupé par les conditions d’accès aux données par les fournisseurs et collecteurs de données et en particulier par l’absence de politique globale quant à leur utilisation.

21. Le Comité recommande la mise en place d’un système harmonisé de collecte et d’analyse de données couvrant tous les domaines de la Convention et de ses deux protocoles additionnels et pouvant servir de base à l’évaluation des progrès accomplis en matière de réalisation des droits de l’enfant, à la formulation de politique globale pour les enfants et leurs familles et à la promotion et à la mise en œuvre de la Convention et de ses deux protocoles additionnels. Le Comité recommande en outre que seules des données anonymes soient entrées dans des bases de données et que l’utilisation des données collectées soit régulée par la loi de manière à en prévenir un usage abusif.

Protection de la vie privée :

50. Le Comité note avec inquiétude la multiplication de bases de données dans lesquelles des données concernant les enfants sont collectées, stockées et utilisées pendant de longues périodes pouvant interférer sur le droit des enfants et de leurs familles à la protection de leur vie privée. S’agissant de Base Elèves 1er degré, le Comité note avec satisfaction que l’Etat partie a retiré des données sensibles initialement collectées et enregistrées dans cette base de données. Cependant, les objectifs de cette base de données et son utilité pour le système éducatif n’étant pas clairement définis, le Comité est préoccupé par l’utilisation de cette base de données à d’autres fins telles que la détection de la délinquance et des enfants migrants en situation irrégulière et par l’insuffisance de dispositions légales propres à prévenir son interconnexion avec les bases de données d’autres administrations. Enfin, le Comité est préoccupé de ce que les parents ne peuvent pas s’opposer et ne sont souvent pas informés de l’enregistrement de leurs enfants et pourraient en conséquence être réticents à inscrire leurs enfants à l’école.

51. Rappelant la recommandation faite par le Comité des Droits de l’Homme (CCPR/C/FRA/CO/4, para. 22), le Comité demande à l’Etat partie de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir que la collecte, le stockage et l’utilisation de données personnelles sensibles soient compatibles avec les obligations qui lui incombent en vertu de l’article 16 de la Convention. L’Etat partie doit s’assurer notamment que :

a) La collecte et la conservation de données personnelles dans les ordinateurs, dans des banques de données et selon d’autres procédés, que ce soit par les autorités publiques, des particuliers ou des organismes privés, soient régies par la loi;

b) Des mesures effectives soient adoptées pour garantir que ces informations n’arrivent pas entre les mains de personnes non autorisées par la loi à les recevoir, les traiter et les utiliser;

c) Les individus relevant de sa juridiction aient le droit de demander la rectification ou la suppression d’une donnée qui est incorrecte ou a été recueillie ou traitée contre leur gré ou en violation des dispositions de la loi No. 78-17 Informatique et Libertés.







Citation:


http://www2.ohchr.org/english/bodies/crc/docs/co/CRC.C.FRA.CO.4_fr.pdf


Rapport ONU Droit de l'Enfant - France - 22 Juin 2009



Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Mar 6 Juil - 03:47 (2010)    Sujet du message: ONU - Discriminations raciales - Rapport France 2009 Répondre en citant

Questions écrites - Sénat - 1 juillet 2010

Demande de prise en compte des recommandations de l'ONU concernant le fichier « Base élèves premier degré »
Question écrite n° 14129 de M. Jacques Mahéas (Seine-Saint-Denis - SOC)
publiée dans le JO Sénat du 01/07/2010 - page 1672
http://www.senat.fr/questions/base/2010/qSEQ100714129.html

Citation:


M. Jacques Mahéas attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la réponse incomplète faite le 3 septembre dernier à sa question n° 9391 et sur le contenu de l'observation formulée par le Comité des droits de l'enfant de l'ONU publiée le 22 juillet 2009, rappelant la France à l'ordre sur le fichier « Base élèves ».

Après avoir noté « avec satisfaction que l'État partie en a retiré des données sensibles » initialement collectées et enregistrées, l'ONU indique dans le point n° 50 que, s'agissant de « Base élèves 1er degré », les objectifs de cette base de données et son utilité pour le système éducatif n'étant pas clairement définis, le Comité est préoccupé par son utilisation à d'autres fins telles que la détection de la délinquance et des enfants migrants en situation irrégulière. De surcroît, l'insuffisance de dispositions légales propres à prévenir son interconnexion avec les bases de données d'autres administrations est dénoncée par le Comité. Aussi demande-t-il à la France que la collecte, le stockage et l'utilisation de données personnelles soient compatibles avec les obligations qui lui incombent en vertu de l'article 16 de la Convention relative aux droits de l'enfant.

Enfin, le Comité est inquiet du fait que les parents ne puissent pas s'opposer à cet enregistrement. Ceci pourrait entraîner des réticences à l'inscription de leurs enfants à l'école.

Aussi il lui demande quelles mesures il compte mettre en œuvre pour se conformer aux recommandations de l'ONU qui précise que le fichier incriminé est bien un fichier national.



En attente de réponse du Ministère de l'éducation nationale En attente d'une réponse ministérielle


Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Jeu 12 Aoû - 18:40 (2010)    Sujet du message: ONU - Discriminations raciales - Rapport France 2009 Répondre en citant

Au-delà des remarques convenues, difficile de déterminer sur la seule base de la dépêche AFP ce qui s'est vraiment dit concernant la France. Seule la presse étrangères permettrait d'en savoir plus dans l'attente des recommandations officielles du Comité, le 27 août.

Des experts de l'ONU critiquent les projets français sur les Roms et les étrangers
Le Monde
12 août 2010
http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/08/12/des-experts-de-l-onu-critiquent-les-projets-francais-sur-les-roms-et-les-etrangers_1398455_3224.html

Citation:


La France était appelée, mercredi 11 et jeudi 12 août, à rendre des comptes devant le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale de l'ONU (CERD). Quinze jours après le discours de Nicolas Sarkozy à Grenoble et quelques mois après le débat sur l'identité nationale, ses experts, qui passent périodiquement au crible les cent soixante-treize Etats qui ont ratifié la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, n'ont pas manqué de pointer une "recrudescence notable du racisme et de la xénophobie" dans le pays, épinglant notamment la politique du gouvernement envers les Roms et les "Français d'origine étrangère".

Plusieurs d'entre eux ont demandé si les récents propos de Nicolas Sarkozy étaient compatibles avec la Constitution française. "Je ne comprends pas ce que c'est qu'un Français d'origine étrangère" et "je me demande si cela est compatible avec la Constitution", a demandé l'expert turc Gun Kut. Concernant les gens du voyage, certains ont dénoncé en particulier le système d'attribution de visa de circulation ainsi que le droit de vote conditionné à plusieurs mois de vie dans la même commune. "Le carnet de circulation nous effraie, nous rappelle l'époque de Pétain", a expliqué l'expert nigérien Waliakoye Saidou.

La délégation française a présenté, mercredi, un rapport de près de 90 pages sur les mesures prises par Paris depuis son dernier examen devant le CERD en 2005 et a répondu jeudi aux remarques faites par le comité concernant les Roms. Sur la question de l'évacuation des camps illégaux et de leur expulsion vers la Roumanie et la Bulgarie, la délégation française a expliqué que, selon le traité d'adhésion à l'Union européenne de ces deux derniers pays (Etats membres depuis 2007), il est possible de maintenir certaines restrictions de circulation durant 7 ans à l'encontre de leur ressortissants. Quant au renvoi dans leur pays d'origine, il est également "conforme", selon elle, au droit européen qui stipule que tout Etat peut mettre fin au séjour de plus de trois mois d'une personne sans emploi et qui constitue un poids social.

Sur la question de la déchéance de la nationalité française qui a provoqué l'ire de nombre d'experts mardi, le Comité a botté en touche, estimant impossible de commenter un projet de loi dont les contours n'ont pas été encore définis.

Après les réponses de la délégation française aux experts, le comité doit faire une série de recommandations.



Dernière édition par Admin le Jeu 12 Aoû - 18:55 (2010); édité 1 fois
Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Jeu 12 Aoû - 18:50 (2010)    Sujet du message: ONU - Discriminations raciales - Rapport France 2009 Répondre en citant

Voici le compte-rendu détaillé par droits-humains Genève infos

Citation:


Compte rendu de la présentation du rapport de la France devant le comité pour l’élimination de la discrimination raciale (ONU)
12 août 1010
http://www.droitshumains-geneve.info/spip.php?article8649

Genève, ONU - Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale a examiné, hier après-midi et ce matin, le rapport de la France sur les mesures prises par ce pays pour se conformer aux dispositions de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale.

Présentant le rapport de son pays, le Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies à Genève, M. Jacques Pellet, a indiqué que la lutte contre les discriminations en France, et en particulier la discrimination raciale, s’appuie d’abord sur une politique résolue d’intégration, qui vise à permettre à tous les immigrés en situation régulière de trouver leur place au sein de la société française et à les faire accéder à une citoyenneté pleine et entière. M. Pellet a reconnu que les gens du voyage et les Roms rencontrent d’importantes difficultés d’ordre économique et social, ajoutant que la situation des gens du voyage, qui sont pour l’immense majorité d’entre eux de nationalité française, doit être clairement distinguée de celle des Roms, qui sont étrangers et dont les modes de vie et les attentes vis-à-vis des pouvoirs publics sont très différents. Pour lutter contre les discriminations dont font l’objet les Roms, il est indispensable de traiter aussi la question du défaut d’intégration de ces populations dans leur pays d’origine. S’agissant de la question des aires d’accueil réservées aux gens du voyage, leur réalisation est encore inégale selon les départements, mais la politique du Gouvernement en faveur du développement de ces aires sera poursuivie. Le représentant a par ailleurs fait part de la décision du Gouvernement de lancer la préparation d’un plan national de lutte contre le racisme.

La délégation française était également composée de représentants du Ministère de l’immigration, de l’identité nationale, de l’intégration et du développement solidaire ; du Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer ; du Ministère de la justice et des libertés ; du Ministère de l’intérieur, de l’Outre-mer et des collectivités territoriales ; et du Ministère des affaires étrangères et européennes. Elle a fourni aux experts des compléments d’information en ce qui concerne, notamment, la situation des Roms et les procédures de renvoi vers la Roumanie ; la situation des gens du voyage s’agissant en particulier de l’exercice du droit de vote et de l’obligation de détenir un titre de circulation ; la situation dans les départements et territoire d’outre-mer ; le bilan de la loi sur l’interdiction du port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les établissements scolaires ; ou encore les récentes déclarations officielles concernant un projet de déchéance de la nationalité française pour les auteurs de certains crimes, la délégation ayant notamment précisé que ce projet pourra faire l’objet d’un contrôle de constitutionnalité, comme toute autre loi.

Le récent discours du Président français relativement au retrait de la nationalité française dans certains cas est « non seulement discriminant contre les Français d’origine étrangère » mais il « constitue également une incitation à la haine », a pour sa part affirmé un membre du Comité, jugeant en outre comme un fait « grave » l’adhésion de la majorité de la population française à ce discours. Un représentant de la Commission nationale consultative des droits de l’homme de la France a souligné que de telles mesures, en introduisant une distinction néfaste entre les citoyens contraire au principe d’égalité, renforcerait la stigmatisation des Français d’origine étrangère.

Le rapporteur du Comité pour l’examen du rapport de la France, M. Pierre-Richard Prosper, a déclaré qu’« il est temps pour la France de faire vivre les rêves de liberté, d’égalité et de fraternité ». La politique sécuritaire de la France est marquée par la stigmatisation de l’immigration comme cause de tous les maux, a déploré un autre membre du Comité. De nombreux experts ont évoqué la situation des Roms et gens du voyage en France, l’un d’entre eux se demandant pourquoi, alors que la liberté de circulation est garantie en France, des Français appartenant à des minorités sont obligés de se munir de carnets de circulation.

Le Comité adoptera, dans le cadre de séances privées, des observations finales sur le rapport de la France, qui seront rendues publiques à la fin de sa session, le 27 août prochain.

Présentation du rapport

M. JACQUES PELLET, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies à Genève, a déclaré que le débat sur l’identité nationale ouvert par le Ministre de l’immigration en novembre 2009 visait à répondre aux préoccupations soulevées par la résurgence de certains communautarismes et a pour objectif d’associer l’ensemble des citoyens à une réflexion de fond sur ce que signifie, en ce début du XXIe siècle, « être Français ». Ce débat révèle le souci des autorités françaises de rappeler et de renforcer les valeurs républicaines de la France, ce qui suppose notamment la nécessité de réduire la distance séparant l’égalité formelle de l’égalité réelle entre les citoyens, a ajouté M. Pellet.

En France, a poursuivi le Représentant permanent, la lutte contre les discriminations et, en particulier, la discrimination raciale, s’appuie d’abord, au-delà de l’arsenal juridique, sur une politique résolue d’intégration, qui vise à permettre à tous les immigrés en situation régulière de trouver leur place au sein de la société française et à les faire accéder à une citoyenneté pleine et entière. Cette volonté d’intégration s’exprime dans l’ensemble des domaines de la vie publique et ne concerne pas seulement ceux qui, pour la première fois, arrivent en France dans la perspective d’un établissement durable, a souligné M. Pellet. À l’école, dans le monde du travail ou encore dans le cadre de l’exercice du droit à un logement, toute une série d’initiatives ont été lancées avec pour objectif de donner à chacun sa chance, une chance égale, quelles que soient ses origines ou ses croyances, a-t-il ajouté. « L’intégration n’est pas l’assimilation et l’appartenance de tous les citoyens à une République indivisible ne signifie pas négation des diversités culturelles », a-t-il poursuivi. « La France est traditionnellement une terre de migration, un lieu de métissages : la richesse de notre culture, nous la devons aussi à tous ceux et celles qui, au fil des siècles, sont venus s’installer sur notre sol et ont mêlé leurs histoires à celle de notre pays », a-t-il insisté. Il a ajouté que « cette histoire commune, il est de notre devoir de la faire connaître à l’ensemble de la société et plusieurs initiatives s’inscrivent dans cette perspective ».

Trois mois après le lancement, en novembre 2009, du débat sur l’identité nationale, plusieurs pistes d’action ont pu être dégagées, a informé M. Pellet. Mais il ne s’agit là que d’une étape ; le processus de réflexion n’est pas terminé et il a vocation à se prolonger dans le temps, a-t-il indiqué. Parmi les objectifs retenus à l’issue de ce séminaire, a-t-il précisé, figure le renforcement de l’intégration des étrangers dans la communauté nationale. C’est ainsi que les formations proposées gratuitement dans le cadre du contrat d’accueil et d’intégration signé avec chaque migrant primo-arrivant seront développées. En outre, l’opération « école ouverte aux parents d’enfants étrangers », expérimentée avec succès dans douze départements, va être étendue. Il est également proposé de faciliter l’accès à la nationalité française des étrangers signalés par le caractère exceptionnel de leur intégration, a indiqué M. Pellet.

« Notre politique d’intégration ne se limite pas, naturellement, aux conditions d’accueil en France des étrangers désireux de s’installer dans notre pays et d’acquérir la nationalité française. Elle concerne l’ensemble des aspects de la vie publique », a poursuivi le Représentant permanent de la France. Ainsi, en ce qui concerne la lutte contre les discriminations à l’école, la circulaire de la rentrée scolaire 2009 a fait du refus des discriminations et de la lutte contre la violence une priorité, a-t-il indiqué, soulignant que l’éducation est sans doute le premier des domaines où le principe de l’égalité des chances doit être pleinement effectif, afin de donner à tous, sans exception, les moyens de s’insérer dans la société. Les discriminations dans le domaine de l’emploi sont les plus nombreuses parmi celles adressées à la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE), a poursuivi M. Pellet. C’est dire l’importance d’une politique active, menée sur le terrain, afin de favoriser l’accès de tous au monde du travail. Aussi, M. Pellet a-t-il insisté sur l’initiative que constitue la mise en place d’une certification spécifique : le label « diversité » attribué par une commission indépendante et qui vise à garantir l’absence de toute discrimination dans tous les processus de gestion des ressources humaines des entreprises et des administrations. Au 31 juillet 2010, soit seulement 18 mois après sa création, près de 580 000 salariés étaient employés dans 210 établissements labellisés, ce qui prouve l’intérêt que cette démarche suscite auprès du monde économique, a précisé M. Pellet.

Une autre mesure, qui n’est pas encore effective mais devrait l’être prochainement, est celle du curriculum vitae anonyme, dont le principe a été posé par un article du code du travail, à la suite de l’adoption de la loi sur l’égalité des chances en mars 2008, a-t-il indiqué. La rédaction du décret d’application sera finalisée après consultation des partenaires sociaux sur le sujet et après avoir recueilli les résultats de l’expérimentation prévue dans le cadre de l’accord national interprofessionnel sur la diversité, a-t-il précisé. Par ailleurs, a fait valoir M. Pellet, la loi du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale constitue une avancée considérable en matière de politique sociale du logement.

La politique d’intégration que développent avec conviction les autorités françaises ne saurait pour autant constituer une solution miracle, susceptible de répondre idéalement à toutes les situations auxquelles les pouvoirs publics sont confrontés, a toutefois reconnu M. Pellet. « Il ne fait pas de doute à cet égard que les gens du voyage et les Roms rencontrent sur notre territoire d’importantes difficultés d’ordre économique et social », a-t-il déclaré. En premier lieu, a-t-il poursuivi, la situation des gens du voyage, qui sont pour l’immense majorité d’entre eux de nationalité française, doit être clairement distinguée de celle des Roms, qui sont étrangers, essentiellement roumains et bulgares, et dont les modes de vie et les attentes vis-à-vis des pouvoirs publics sont très différents. La population des gens du voyage est estimée en France à environ 300 000 personnes, a indiqué M. Pellet. Or, ce sont 11 millions de Roms qui vivent en Europe, dont 7 à 9 millions au sein de l’Union européenne, a-t-il précisé.

Leur situation socioéconomique est caractérisée par une grande précarité et leur intégration constitue un défi que la France s’efforce de relever, à l’échelon national mais aussi européen. Le Gouvernement estime en effet que pour lutter contre les discriminations dont font l’objet les Roms, il est indispensable de traiter aussi les causes de ce problème, à savoir le défaut d’intégration de ces populations dans leur pays d’origine, a déclaré le représentant. C’est le sens de l’initiative prise par la France et la Roumanie qui travaillent étroitement à l’intégration des Roms roumains en premier lieu dans leur pays d’origine, a-t-il souligné, précisant qu’un groupe de travail franco-roumain réuni pour la première fois en février 2010 doit élaborer et mettre en œuvre des accords bilatéraux dans le domaine de l’éducation des enfants et développer des programmes sociaux et sanitaires à l’intention des familles, à partir d’une feuille de route conjointe. L’objectif des autorités françaises est que les Roms se voient offrir des conditions de vie qui respectent leur égale dignité à travers l’ensemble de l’Union européenne, a insisté M. Pellet.

Les gens du voyage rencontrent quant à eux des difficultés de nature différente, notamment en raison de leur mode de vie itinérant, a poursuivi M. Pellet. L’Assemblée nationale a créé, en septembre 2009, une mission d’information parlementaire chargée d’établir le bilan et l’adaptation de la législation relative à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage, a-t-il fait valoir. La question d’une révision du dispositif d’application de la loi concernant les titres de circulation sera examinée dans le cadre des travaux de cette mission parlementaire, de même que celle relative aux modalités d’exercice du droit de vote par les gens du voyage, a-t-il indiqué. En ce qui concerne plus particulièrement les aires d’accueil réservées aux gens du voyage, il est incontestable que leur réalisation est encore inégale selon les départements, mais la politique du Gouvernement en faveur du développement de ces aires sera poursuivie, comme l’a encore tout récemment rappelé le Ministre de l’intérieur.

S’agissant de la répression des actes discriminatoires, le représentant français a notamment indiqué que par dépêche du 5 mars 2009, la Garde des Sceaux (Ministre de la justice) avait demandé aux procureurs généraux d’étendre la compétence des pôles antidiscrimination à tous les actes commis à raison de l’appartenance de la victime.

La lutte contre la discrimination raciale sur Internet fait partie des priorités de la France, a poursuivi M. Pellet, qui s’est dit conscient que la lutte contre le racisme sur Internet ne devait pas donner lieu à des restrictions abusives de la liberté d’expression.

M. Pellet a annoncé que le Gouvernement venait de décider de lancer la préparation d’un plan national de lutte contre le racisme, conformément aux engagements qu’il a pris sur la scène internationale.

En conclusion, le Représentant permanent de la France a reconnu qu’il n’existe aucun système parfait et que toutes les politiques, qu’elles soient communautaristes ou intégrationnistes, présentent des lacunes et des défauts. Il n’existe pas de modèle unique et infaillible, parce que chaque pays a son histoire, sa culture, ses choix de société qui lui sont propres, a-t-il insisté. « Nous sommes conscients de nos difficultés pour mettre un terme, sur notre territoire, au racisme, à la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée », a-t-il ajouté. « Nous avons en France une certitude : l’égalité est au cœur du pacte républicain et de l’identité de notre pays, et le respect de l’égalité nous impose de lutter jour après jour contre toutes les formes de discriminations, et la discrimination raciale en particulier », a-t-il conclu.

Le rapport périodique de la France (document CERD/C/FRA/17-19 regroupant les dix-septième à dix-neuvième rapports) indique qu’à la mi-2004, près de 5 millions d’immigrés résidaient en France métropolitaine, dont 1,97 million de français nés à l’étranger. Sur les 3,5 millions d’étrangers vivant en France à cette date, un peu moins de 3 millions sont nés à l’étranger, tandis que 550 000 sont nés en France. Parmi ces derniers, 450 000 sont des jeunes de moins de 18 ans, dont les parents sont étrangers et nés à l’étranger. Seuls les étrangers âgés d’au moins 18 ans (16 ans s’ils exercent une activité professionnelle) sont tenus de détenir un titre de séjour. Par conséquent, les chiffres contenus dans le rapport ne tiennent compte ni des mineurs, dont le nombre n’est pas connu de façon certaine, ni des étrangers en situation irrégulière. Par ailleurs, depuis 2004, les ressortissants des pays dits « communautaires » sont dispensés de titre de séjour. Il s’agit de 21 pays : les 15 pays de l’Union européenne avant l’élargissement, ainsi que Malte, Chypre, la Suisse, l’Islande, la Norvège et le Liechtenstein. La France ne reconnaît pas en son sein l’existence de minorités ayant un statut juridique en tant que tel, et considère que l’application des droits de l’homme à tous les ressortissants d’un État, dans l’égalité et la non-discrimination, apporte normalement à ceux-ci, quelle que soit leur situation, la protection pleine et entière à laquelle ils peuvent prétendre, indique également le rapport.

Depuis le précédent rapport, afin de renforcer la répression de toutes les formes de racisme et d’antisémitisme le législateur a étendu la circonstance aggravante à de nouvelles infractions telles que les menaces, les vols et les extorsions et a allongé les délais de prescription des délits à caractère raciste ou antisémite en matière de presse. Le rapport fait par ailleurs état de la création en 2007 d’un pôle antidiscriminations au sein de chaque parquet. La loi sur l’égalité des chances, du 31 mars 2006, a créé l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé), laquelle se substitue au Fonds d’action et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations. L’Acsé vise à renforcer l’efficacité de l’action de l’État en faveur des habitants des quartiers dits prioritaires dans le cadre des politiques de la ville, dans l’intégration des personnes immigrées et issues de l’immigration et dans la lutte contre les discriminations. Par ailleurs, la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE), créée en 2004 en réponse aux sollicitations prévues dans les directives européennes en matière de lutte contre les discriminations, a vu ses pouvoirs renforcés par la loi 2006-396 du 31 mars 2006. Les tests de discrimination (dits testing) ont reçu une consécration législative par la loi du 31 mars 2006, indique par ailleurs le rapport.

La législation applicable en matière d’entrée et de séjour des étrangers s’articule autour de 3 orientations : préparation du parcours d’intégration dans le pays de résidence (prévoyant notamment une évaluation du degré de connaissance de la langue française et des valeurs de la République) ; mise en place d’un contrat d’accueil d’intégration pour la famille (formation spécifique sur les « droits et devoirs des parents » ; renforcement de l’intégration par une meilleure insertion professionnelle. En 2007, la France a accueilli 35 520 demandeurs d’asile, se situant ainsi au second rang des pays européens en matière d’accueil, derrière la Suède. Ce chiffre était de 39 315 en 2006 et de 59 221 en 2005, précise le rapport. Au cours de l’année 2007, 8 781 personnes se sont vues octroyer le statut de réfugié ou la protection subsidiaire (7 354 en 2006), ce qui représente un taux d’admission de 29,9%, en augmentation (19,5% en 2006). Ce chiffre porte à 130 926 le nombre des réfugiés et des bénéficiaires de la protection subsidiaire. Le rapport attire en outre l’attention sur l’instauration, par la loi du 20 novembre 2007, d’un recours juridictionnel, pleinement suspensif contre les décisions de refus d’admission à la frontière au titre de l’asile.

La population tsigane en France est estimée, d’après les sources associatives, à environ 300 000 personnes. Elle est le plus souvent désignée sous l’appellation générique « gens du voyage » bien qu’environ un tiers seulement se déplace sur le territoire national. Un autre tiers est considéré comme semi-itinérant. Le dernier tiers est sédentarisé. Cette population rencontre d’importantes difficultés d’ordre économique et social. Outre des obstacles persistants dans le domaine du logement et du stationnement, les gens du voyage ont souvent une faible qualification qui permet difficilement leur insertion sur le marché du travail. Ils souffrent également de discriminations en matière d’emploi, de logement, d’éducation, de santé et de citoyenneté. L’action de l’État, conformément au modèle républicain, cherche à favoriser leur intégration dans la communauté nationale par l’accès aux droits fondamentaux de tout citoyen. Cette action se situe dans le cadre des politiques de droit commun, mais elle est également complétée, le cas échéant, par des mesures spécifiques.

Examen du rapport

Questions et observations des membres du Comité

M. PIERRE-RICHARD PROSPER, rapporteur du Comité pour l’examen du rapport de la France, a salué la volonté de coopération de la France avec le Comité, ainsi que le caractère impressionnant du rapport présenté. Les remarques de la France sont rassurantes, d’un point de vue juridique et technique, a poursuivi M. Prosper, ajoutant que la France dispose d’un arsenal d’outils pour combattre la discrimination raciale. La France est un grand pays dont la contribution à l’humanité est riche, a poursuivi M. Prosper, soulignant que l’influence de la France a été profonde à travers le monde. De nombreuses personnes ont alors eu soif de ce que la France offrait : la liberté.

Mais, dans le pays, nombreux sont ceux qui voient leur rêve brisé en constatant qu’ils n’ont pas de possibilité de se hisser vers le haut. Des efforts politiques sont même déployés pour révoquer leur nouvelle nationalité française.

D’une certaine façon, ce qui manque en France, c’est une réelle volonté politique, un effort, pour élever les plus qualifiés et leur permettre de concrétiser leurs rêves, a estimé le rapporteur.

Beaucoup d’immigrés s’intègrent certes bien dans la société française ; mais le sentiment persiste qu’il y a très peu de diversité dans les « milieux influents », a constaté M. Prosper. « Il est temps pour la France de faire vivre les rêves de liberté, d’égalité et de fraternité », a lancé le rapporteur.

Un autre membre du Comité s’est inquiété de la recrudescence du racisme et de la xénophobie en France.

Un expert a salué la présentation du rapport de la France dans les délais et de la qualité du dialogue et de l’attitude de la France à l’égard du Comité. Il a ensuite indiqué qu’il aurait souhaité connaître la structure ethnique de la nation française, soulignant l’importance de telles données pour l’adoption de mesures préventives visant à améliorer les situations socioéconomiques particulières de certains groupes de population. Il a aussi souhaité en savoir davantage au sujet des gens du voyage et des Roms, s’agissant notamment des questions d’auto-identification et de l’accès à l’éducation. Il a en outre attiré l’attention sur le nombre insuffisant de campements disponibles pour ces personnes. Se pose également le problème de l’enregistrement sur les listes électorales de celles qui ont un mode de vie nomade, a souligné l’expert. Il a par ailleurs souhaité connaître le statut de Mayotte.

Sur la base des déclarations politiques récentes, on a « l’impression que le politique maltraite le droit en France », a pour sa part déclaré un autre expert. Il a par ailleurs vivement regretté que de nombreuses recommandations émanant d’institutions telles que la Commission nationale consultative des droits de l’homme et la HALDE ne soient pas suivies d’effet, surtout en ce qui concerne les questions de discrimination. Il a aussi demandé comment la France entendait traduire la décision du Conseil constitutionnel concernant les pensions des anciens combattants ressortissants des pays et territoires autrefois sous souveraineté française. La liberté de circulation étant garantie en France, pourquoi des Français appartenant à des minorités sont-ils obligés de se munir de carnets de circulation, ce qui est effrayant et « rappelle l’époque de Pétain », a poursuivi l’expert ?

Une experte du Comité a par la suite indiqué ne pas comprendre pourquoi des citoyens français – les gens du voyage – doivent pointer à la police tous les trois mois, alors que la carte nationale d’identité n’est pas pour eux une obligation. Elle a souhaité que le Comité demande la suppression de ce système de titre de circulation.

Un autre membre du Comité a salué le « discours généreux, valorisant et plein d’espoir » de la délégation française, à partir duquel, a-t-il ajouté, on ne peut que s’interroger sur les faits actuels. Rappelant que la Convention considère la discrimination raciale comme un crime, l’expert s’est enquis de la constitutionnalité de certaines mesures à caractère administratif voire politique au regard de l’interdiction de la discrimination raciale. Les mesures récemment prises en France par le pouvoir politique sont-elles constitutionnelles, a insisté cet expert ? A-t-on approché des magistrats du Conseil constitutionnel pour vérifier que des mesures prises ne soient pas un jour ou l’autre abrogées ou amendées, générant alors un déficit de confiance à l’égard de ceux qui prennent des décisions à caractère administratif ? Comment peut-on expliquer qu’une décision à caractère général puisse être prise en lieu et place d’une décision qui aurait dû être prise à titre individuel en vertu du droit pénal, comme cela s’est vu dans le contexte des gens du voyage et des Roms, a demandé l’expert ? Comment se peut-il que des Roms puissent être extradés d’un lieu qui appartient à l’Union européenne, comme si la Roumanie et la Bulgarie ne faisaient pas partie de l’Union européenne ? L’expert s’est étonné qu’une différence puisse être établie « entre des citoyens français de première zone et des citoyens français de deuxième zone ». Évoquant notamment les événements de Sétif de 1945, l’expert s’est demandé s’il ne serait pas possible pour la France de demander pardon au peuple algérien.

Une experte s’est enquise du sort réservé par la France aux recommandations que le Comité avait adressées au pays en ce qui concerne l’enseignement des langues, d’une part, et la situation des anciens combattants des anciennes colonies, de l’autre. Évoquant la situation en Outre-mer, cette experte a déclaré que « la France a mal à sa pluralité et a par conséquent mal à certains de ses principes ». « Dans l’Outre-mer, c’est l’exacerbation d’une situation générale qui s’est traduite par des convulsions, des émeutes et des revendications qui vont peut-être au-delà de ce qui s’est passé jusqu’à présent », a poursuivi l’experte. Quant on parle de droit coutumier, on en arrive au statut des peuples autochtones, ce que la France ne reconnaît pas, puisqu’elle ne reconnaît ni minorités, ni peuples autochtones.

Évoquant la question de la terre en Nouvelle-Calédonie, l’experte a rappelé qu’après les accords de Nouméa, des efforts accrus avaient été déployés en vue d’une redistribution des terres aux Kanaks. Or, cette question, qui n’est pas traitée dans le rapport, est importante et incontournable, car, quel que soit l’avenir de la Nouvelle-Calédonie, cette question sous-tendra la politique dans la région et dans le Territoire, a souligné l’experte. Un membre du Comité a insisté sur la répartition inégale des terres en Nouvelle Calédonie où, selon certaines informations, on compterait 7 hectares de terres pour un Kanak pour 100 hectares pour un « Européen ».

La France envisage-t-elle, dans le cadre du Plan national de lutte contre le racisme dont elle vient de décider de la préparation, une ouverture vers un minimum de reconnaissance des droits des peuples autochtones, a demandé une experte ? Tous les événements récents en France sont dus à la « mise en œuvre d’une politique chaotique du cas par cas », et une vision d’ensemble serait la bienvenue dans ce contexte, a-t-elle estimé.

La lutte contre la discrimination raciale doit commencer à l’école, a pour sa part souligné un autre membre du Comité. La volonté de la France est bien réelle, comme le montent les différentes mesures qui sont prises par les autorités pour lutter contre le racisme et la discrimination, a-t-il poursuivi ; mais les résultats ne sont pas à la mesure des efforts, au vu de la persistance des phénomènes racistes et xénophobes. La politique sécuritaire de la France est marquée par la stigmatisation de l’immigration comme cause de tous les maux, a-t-il poursuivi. Le récent discours du Président français sur le retrait de la nationalité française dans certains cas est « non seulement discriminant contre les Français d’origine étrangère » mais il « constitue également une incitation à la haine », a souligné l’expert, avant de juger comme grave le fait que la majorité de la population française adhère à ce discours.

Le climat a changé en France ces derniers temps, a souligné un expert. La préoccupation principale du Comité a trait à la situation des Roms, Français ou étrangers, résidant en France qui, quoi qu’il en soit, sont globalement tous citoyens de l’Union européenne, a-t-il indiqué. À cet égard, l’expert a dénoncé l’attitude visant à attribuer à l’ensemble de la communauté rom des actes criminels perpétrés au niveau individuel.

Un autre membre du Comité s’est enquis des effets qu’a eus la loi de 2004 sur le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les établissements scolaires.

Un expert s’est enquis de ce que signifie la notion de « Français d’origine étrangère » et s’est interrogé sur la constitutionnalité du projet de loi sur le retrait de la nationalité française s’il venait à devenir une loi.

Intervention de l’institution nationale des droits de l’homme de la France

M. MARC LEYENBERGER, membre de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, a rappelé que la Commission, créée en 1947, a reçu pour mission - par la loi du 13 juillet 1990 - de présenter chaque année au Premier Ministre un rapport sur la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie. Il a précisé que la Commission a été associée à la préparation du rapport de la France, selon une méthodologie désormais bien établie, comme pour l’examen périodique universel et les autres rapports présentés devant les organes de traités des Nations Unies. Au titre des recommandations de la Commission adressées au Gouvernement français, figurait notamment la nécessité pour la France d’adopter un plan national d’action de lutte contre le racisme, a souligné le représentant, avant de se féliciter que, depuis hier, la délégation française ait donné l’assurance de la mise en chantier de ce plan. Le représentant a en revanche déploré que le Comité interministériel de lutte contre le racisme, qui existe depuis plusieurs années, ne soit toujours pas à l’heure actuelle l’outil de pilotage si nécessaire qu’il devrait être.

Les manifestations du racisme sur Internet constituent un sujet de préoccupation constante de la Commission, a poursuivi son représentant. En effet Internet est devenu ces dernières années, en France comme ailleurs dans le monde, le moyen le plus accessible pour véhiculer des idées racistes et xénophobes, perpétuer ainsi des stéréotypes et entretenir des sentiments d’hostilité à l’égard notamment des juifs, des musulmans, des étrangers, des immigrés et des Roms. Devant la teneur et la multiplication des faits constatés, une action spécifique et concertée dans ce domaine doit être une priorité politique pour le Gouvernement français. Par ailleurs, la Commission réitère sa recommandation constante de créer un observatoire public du racisme, de l’antisémitisme et de la xénophobie sur Internet.

M. Leyenberger a par ailleurs souligné que la Commission n’avait pas manqué de se prononcer sur le récent projet de loi sur l’immigration, l’intégration et la nationalité, dans un avis rendu le 5 juillet dernier et qui figure sur le site de la Commission. Cette dernière fera montre de la même vigilance à l’égard d’amendements qui pourraient être introduits dans le projet de loi lors de la discussion parlementaire de l’automne, a assuré le représentant. Enfin, il a fait état de l’inquiétude des membres de la Commission devant les déclarations officielles de caractère discriminatoire à l’encontre des gens du voyage et des Roms à propos desquels la Commission avait produit en 2008 une étude de fond et une série de propositions en évitant toute stigmatisation et tout amalgame. Un communiqué de la Commission vient d’être publié à cet effet, a précisé le représentant, soulignant que ce communiqué aborde également les propositions gouvernementales récentes concernant l’élargissement des cas dans lesquels une personne pourrait être déchue de sa nationalité ainsi que la suppression de l’automaticité de l’acquisition de la nationalité française, à leur majorité, pour des mineurs nés en France qui auraient été condamnés. « De telles mesures, en introduisant une distinction néfaste entre les citoyens contraire au principe d’égalité, renforcerait la stigmatisation des « Français d’origine étrangère » », a affirmé M. Leyenberger.

Réponses de la délégation

La délégation française, en réponse aux préoccupations exprimées par des membres du Comité au sujet de la rigidité, réelle ou supposée, des principes et valeurs de la France et du refus de la France de reconnaître des composantes du peuple français comme constituant des minorités, a rappelé que le principe de l’égalité de tous les citoyens devant la loi fonde la politique de la France en matière de lutte contre la discrimination. La France reste profondément attachée à ce principe qui n’implique aucunement une négation des différences, culturelles, religieuses ou linguistiques, existant entre les citoyens, a-t-elle souligné. L’attachement de la France à ses valeurs et au « pacte républicain » n’est pas synonyme d’immobilisme, a insisté la délégation. Elle a rappelé que la dernière révision constitutionnelle, entrée en vigueur en mars dernier, a notamment instauré un contrôle de la constitutionnalité des lois par le citoyen. Elle a également attiré l’attention sur la création récente du défenseur des droits, auquel toute personne s’estimant lésée par le fonctionnement d’une administration ou d’un service public peut adresser une réclamation. Ce défenseur peut être saisi de tout cas de discrimination, directe ou indirecte, prohibée par la loi, a précisé la délégation. La saisine de ce défenseur des droits sera gratuite, a-t-elle indiqué, ajoutant que le défenseur pourra s’autosaisir.

En ce qui concerne les récentes déclarations de personnalités politiques, s’agissant plus particulièrement du projet de déchéance de la nationalité française susceptible d’être prononcée à l’encontre d’auteurs de crimes contre des dépositaires de l’autorité publique, la délégation a indiqué qu’il n’était pas possible de s’exprimer sur un projet de loi dont nul ne connaît encore les détours exacts. Il n’en demeure pas moins que ce projet pourra faire l’objet d’un contrôle de constitutionnalité, comme toute autre loi, a-t-elle souligné. Il ne s’agit pas pour la délégation de se dérober aux questions du Comité, mais il n’y a pour l’instant pas de texte, a fait remarquer la délégation.

S’agissant de la question de la revalorisation des pensions des anciens combattants ressortissants des pays et territoires autrefois sous souveraineté française, la délégation a rappelé les propos tenus le 13 juillet 2010, devant des chefs d’État africains, par le Président de la République, qui a affirmé qu’« il est des dettes qui ne s’éteignent jamais », annonçant ainsi que les pensions des anciens combattants africains seraient alignées sur celles de leurs homologues français. Cette annonce résulte d’une décision du Conseil constitutionnel du 28 mai 2010 et la nouvelle législation devrait profiter à près de 30 000 personnes, a indiqué la délégation.

Répondant aux questions sur la reconnaissance des minorités, la délégation a rappelé que la France a toujours averti des effets pervers que pourrait receler la tentative de définir des critères généraux associés à des minorités, voire de recenser des personnes appartenant à des minorités.

Malgré la politique volontariste de la France en matière de lutte contre les actes racistes et antisémites, ces actes restent, dans le pays, à un niveau trop élevé, a reconnu la délégation. Le préfet Michel Morin a donc été chargé de coordonner l’action des administrations compétentes en la matière et de faire des propositions visant à améliorer la connaissance statistique des actes antisémites et racistes ; ses propositions devraient être connues d’ici quelques mois, a-t-elle indiqué.

La délégation a fait état d’une baisse d’environ 20% des « faits » racistes, ainsi que d’une baisse nette (de l’ordre de 60%) des « faits » antisémites, si l’on compare les premiers mois de 2009 et ceux de 2010. Le niveau moyen des peines d’emprisonnement ferme qui sont prononcées traduit la sévérité des juridictions face à de tels faits, a fait valoir la délégation.

En ce qui concerne la politique menée par la France au sujet des gens du voyage et la distinction qu’opère la France entre Roms et gens du voyage, la délégation a souligné que les gens du voyage sont en quasi-totalité des citoyens français dont on estime le nombre entre 300 000 et 400 000 en France. Ce terme de « gens du voyage » est un terme administratif qui permet d’éviter de distinguer des citoyens français en fonction de leur origine et correspond bien au mode de vie concerné, même si certains de ces gens du voyage sont totalement sédentarisés. Les Roms, en revanche, sont le plus souvent sédentaires ; il s’agit de ressortissants de pays d’Europe centrale et orientale, principalement de la Roumanie et de la Bulgarie et on estime actuellement leur nombre sur le territoire français à environ 15 000.

Pour ce qui est du droit de vote des gens du voyage et de leur titre de circulation, la délégation a rappelé que ces questions ont fait l’objet à l’automne dernier d’un rapport spécial de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE), qui demandait que soit supprimée l’obligation faite aux gens du voyage de faire viser tous les trois mois un titre par la police ou la gendarmerie. Il convient ici de souligner que cette obligation relève d’une disposition légale qui date de 1969 et qui s’applique à toutes les personnes dépourvues de domicile fixe et logeant dans un véhicule, une remorque ou autre lieu mobile. Cette disposition se justifie par le fait que ces personnes n’ont pas d’attache permanente ni de domicile fixe ; elle constitue « une contrepartie de la très grande liberté de circulation » dont bénéficient les gens du voyage, a affirmé la délégation. La HALDE ayant donc demandé que soient réexaminées les conditions dans lesquels ces documents (titres) sont visés, cette question – qui revient à se demander s’il faut continuer à les faire viser tous les trois mois – va être examinée par la Commission nationale consultative des gens du voyage, instituée en juin dernier, a indiqué la délégation. Certains gens du voyage estiment que ces documents constituent un symbole de leur identité, a tenu à préciser la délégation.

Par ailleurs, la HALDE a recommandé de réformer la loi de 1969 afin de garantir un accès non discriminatoire des gens du voyage au droit de vote. La délégation a expliqué que les gens du voyage ont bien la possibilité de voter et bénéficient pour ce faire de deux régimes d’inscription sur les listes électorales. L’un leur laisse le choix de la commune dans laquelle ils souhaitent être inscrits, pour autant qu’ils y résident depuis 3 années, alors qu’une autre disposition du code électoral concernant les personnes sans domicile stable permet à ces personnes de s’inscrire dans la commune où se situe la structure ou le centre d’accueil agréé dans lequel elles sont inscrites depuis au moins six mois. La réflexion sur cette question va également être menée dans les mois qui viennent au sein de la Commission nationale consultative des gens du voyage, a précisé la délégation.

Une réflexion est actuellement menée sur les moyens de mobiliser les collectivités locales qui n’ont pas répondu aux dispositions de la Loi Besson relatives à l’obligation d’instauration d’aires d’accueil pour les gens du voyage, a par ailleurs indiqué la délégation. Les gens du voyage devant payer un droit d’usage pour stationner sur ces aires, se pose en outre le problème de la tarification de ce droit d’usage, laquelle n’est pas harmonisée, a ajouté la délégation.

En ce qui concerne la question de la scolarisation des gens du voyage et des Roms, la délégation a reconnu des difficultés dans ce domaine, rappelant par ailleurs qu’il existe un arsenal législatif destiné à réglementer l’accès à l’école. La délégation a rappelé que l’éducation en France est obligatoire jusqu’à 16 ans et gratuite, soulignant que les autorités ont mis en place des moyens importants pour s’assurer que tous aillent à l’école. La délégation a fait état de l’existence sur le territoire français d’une quarantaine d’antennes scolaires mobiles, mais il convient de développer des passerelles vers un cursus normal - qui reste l’objectif à atteindre pour toute la population.

Certes, a poursuivi la délégation, la Roumanie et la Bulgarie font partie de l’Union européenne depuis 2007 et les ressortissants de ces deux États bénéficient des libertés de circulation et de séjour sur l’ensemble du territoire de l’Union. Cependant, le traité d’adhésion de ces deux pays permet une période transitoire de sept ans, qui prendra fin en 2013, durant laquelle les États membres de l’Union peuvent maintenir une restriction à l’emploi des ressortissants de ces deux pays. La France, comme neuf autres pays de l’Union européenne, applique cette restriction qui relève d’un principe qui n’est pas nouveau puisqu’il fut appliqué en son temps à l’égard de l’Espagne et du Portugal.

Conformément au droit européen, a ajouté la délégation, tout État membre peut mettre fin au droit de séjour d’un ressortissant européen s’il est sans emploi, sans ressource et s’il représente une charge déraisonnable pour le système d’assurance sociale. Tous les renvois de Roumains ou de Bulgares qui sont opérés par la France se font dans le cadre de retours volontaires ; en outre, ils relèvent toujours de procédures individualisées et des aides peuvent être apportées à la réinsertion dans le pays d’origine. En 2009, plus de 7000 Roumains ont bénéficié de cette aide humanitaire au retour volontaire, a déclaré la délégation.

En ce qui concerne les départements et territoires d’Outre-mer (DOM-TOM), la délégation a indiqué qu’un projet de loi relatif à la départementalisation de Mayotte a été déposé devant le Parlement et devrait être adopté d’ici la fin de l’année. Ainsi, le département de Mayotte, exerçant à la fois les compétences d’un département et d’une région, devrait être crée en mars 2011. Pour ce qui est de la question de l’attribution de terres aux Kanaks, prévue dans les accords de Nouméa, la délégation a indiqué que c’est une agence foncière qui s’est vu confier la charge d’organiser la restitution. Ce processus est en cours ; il est long et il s’agit d’une tâche difficile, car il faut cadastrer l’ensemble des terres de Nouvelle-Calédonie et il faut ensuite démontrer, ce qui n’est pas aisé, qu’il y a eu spoliation, a souligné la délégation.

S’agissant du bilan de la loi sur l’interdiction du port de signes religieux ostentatoires à l’école, la délégation a indiqué que 639 élèves se sont présentés à la rentrée 2004-2005 avec un signe ostensible d’appartenance religieuse, soit moitié moins qu’à la rentrée précédente ; seuls 47 d’entre eux ont alors été définitivement exclus après passage devant le conseil de discipline. En 2008-2009, aucun cas n’a donné lieu à une action disciplinaire, a ajouté la délégation.

Dissimuler son visage dans l’espace public est une question totalement différente, a poursuivi la délégation. La loi élaborée sur cette question ne vise pas une pratique religieuse ; elle procède d’une part de la reconnaissance du fait que le voile intégral est un obstacle à l’émancipation et à la sociabilisation de la femme et, d’autre part, de la nécessité d’assurer l’ordre et la sécurité publique, qui sont très difficiles à assurer si des personnes ont le visage dissimulé dans le contexte des diverses transactions quotidiennes.

Observations préliminaires

Présentant des observations préliminaires, le rapporteur du Comité pour l’examen du rapport de la France, M. PROSPER, a remercié la délégation pour le dialogue fructueux et exhaustif avec le Comité, qui a permis d’en apprendre davantage au sujet des efforts déployés par la France en matière de lutte contre la discrimination raciale. Il a souligné que la France est un État de droit qui dispose de nombreux outils pour remédier aux problèmes qui se posent. À l’avenir, a-t-il ajouté, il serait utile de mener un débat technique sur la nature même des problèmes. Les statistiques doivent permettre d’identifier les groupes qui souffrent le plus, a-t-il par ailleurs rappelé. Il semble qu’il y ait beaucoup de débat en France sur les mécanismes qui devraient être mis en œuvre, a constaté l’expert, ajoutant que la France devrait savoir à quel niveau prendre les décisions pour résoudre les problèmes. Lorsque l’on rentre dans les considérations bureaucratiques, les choses prennent du temps, alors que des décisions pourraient être prises et des mesures prises dès maintenant, a-t-il souligné. Par ailleurs, il convient de se réjouir du plan national de lutte contre le racisme dont la France vient d’annoncer la préparation, a-t-il conclu.

Voir en ligne: 77ème session du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale
http://www2.ohchr.org/english/bodies/cerd/cerds77.htm



Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Jeu 12 Aoû - 20:22 (2010)    Sujet du message: ONU - Discriminations raciales - Rapport France 2009 Répondre en citant

France-Etats Unis : Petits procédés entre alliés sur les discriminations à la française devant l'ONU

Quelle confiance accorder aux petits arrangements ?

Il ne s'agit pas de se faire complice du bonnet blanc-blanc bonnet mais à partir de la mascarade de la prestation française de ce jour, 12 aout 2010, devant le Comité pour l'élimination des discriminations de l'Onu, où le représentant français n'a pas hésité à prononcer de sévères contre-vérités sans être jamais contredit, on comprend mieux la discrète et récente collaboration entre la France et les Etats-Unis en matière d'intégration (voir http://multinational.leforum.eu/p2376.htm ).

Pierre-Richard Prosper, juriste, rapporteur pour l'ONU du dossier de la France 2010, est américain. Selon sa biographie publiée par l'Onu ( http://www2.ohchr.org/english/bodies/cerd/docs/MembersCVs/Pierre-RichardProsper.pdf), il est actuellement conseiller légal des dirigeants des "Fortune 500", c'est à dire les plus grandes multinationale américaines dans le commerce international et aux Etats-Unis. Il était, sous Georges Bush, ambassadeur extraordinaire pour les crimes de guerre, dont on connaît la réticences américaine à accepter de se placer sous une juridiction internationale.

Et surtout, toujours sur sa biographie sur le site de l'ONU :

Citation:


- Directeur de la "Centrale Intelligence", du Conseil de la Maison Blanche.

- L'un des négociateurs en chef de la War on Terror post-septembre 2001.

- Responsable des négociations diplomatiques "avec plus de 60 pays" concernant la guerre contre le terrorisme.



Nous sommes au coeur de l'anti-terrorisme américain.

Dans ses interventions de ce jour devant l'ONU, on trouve un décalque rejoignant les priorités de la France : les remarques de la France sont "rassurantes", la priorité est de promouvoir l'ascension sociale de l'immigration qualifiée, il faut introduire plus de diversité "dans les milieux influents", la mise en place de statistiques ethniques est nécessaire, il est besoin d'une centralisation des décisions "pour ne pas perdre de temps".

Quelques extraits (voir http://multinational.leforum.eu/p2375.htm pour le compte-rendu détaillé) :

Citation:


- M. PIERRE-RICHARD PROSPER, rapporteur du Comité pour l’examen du rapport de la France, a salué la volonté de coopération de la France avec le Comité, ainsi que le caractère impressionnant du rapport présenté. Les remarques de la France sont rassurantes, d’un point de vue juridique et technique.

- D’une certaine façon, ce qui manque en France, c’est une réelle volonté politique, un effort, pour élever les plus qualifiés et leur permettre de concrétiser leurs rêves, a estimé le rapporteur. Beaucoup d’immigrés s’intègrent certes bien dans la société française ; mais le sentiment persiste qu’il y a très peu de diversité dans les « milieux influents », a constaté M. Prosper.

- À l’avenir, a-t-il ajouté, il serait utile de mener un débat technique sur la nature même des problèmes. Les statistiques doivent permettre d’identifier les groupes qui souffrent le plus.

- la France devrait savoir à quel niveau prendre les décisions pour résoudre les problèmes. Lorsque l’on rentre dans les considérations bureaucratiques, les choses prennent du temps, alors que des décisions pourraient être prises et des mesures prises dès maintenant.



Bref, rien d'autre que le convenu pour éviter d'aborder les vrais sujets qui fâchent.

Par contre, une avancée toutefois :

Citation:


- Par ailleurs, il convient de se réjouir du plan national de lutte contre le racisme dont la France vient d’annoncer la préparation, a-t-il conclu.



Il est extraordinaire de constater que la presse française, pas plus que la dépêche AFP dont nos médias s'inspirent, ne mentionnent ce "plan national de lutte contre le racisme".

La raison en est peut-être dans cet autre extrait des compte-rendu de ce jour :

Citation:


"[le représentant se félicite que] depuis hier, la délégation française ait donné l’assurance de la mise en chantier de ce plan. Le représentant a en revanche déploré que le Comité interministériel de lutte contre le racisme, qui existe depuis plusieurs années, ne soit toujours pas à l’heure actuelle l’outil de pilotage si nécessaire qu’il devrait être".



En bref, la France et les USA ont formé aujourd'hui un couple mixte assez remarquable pour un théâtre qui a pour nom ONU.

En échange de son appui contre le terrorisme, Paris a obtenu que les Etats-Unis étouffent les points qui fâchent devant l'Onu :

- Les familles franco-étrangères. Du moins, les populaires.

- Et l'hypocrisie consistant à se prévaloir de lois officiellement correctes comme paravent à un arbitraire croissant sur le terrain.

Pourquoi se concentrer sur les seuls textes ? Pourquoi ne pas mettre son nez dans les conditions de terrain, là où désormais l'arbitraire devient majoritaire, où les dénis de droits sociaux ou de séjour, les mauvaises orientations, les radiations deviennent la norme dans les services sociaux, préfectures, consulats, logements, écoles maternelles ou hôpitaux pour les catégories considérées indésirables et où le refus d'accès à la justice devient une politique.

La France et les Etats-Unis se sont mis d'accord pour donner de la viande aux apprentis carnivores afin de détourner ces élites colorées de l'envie d'haranguer la population qu'on leur assigne. Demain des Maires noirs et Arabes dans le 93, moins pour y débloquer la situation que pour la faire oublier.[/quote]


Dernière édition par Admin le Mar 17 Aoû - 17:57 (2010); édité 1 fois
Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Mar 17 Aoû - 17:50 (2010)    Sujet du message: ONU - Discriminations raciales - Rapport France 2009 Répondre en citant

Besson demain à Washington
Dernier forcing des Etats-Unis sur l'intégration à la française
avant la remise officielle du rapport de l’Onu sur la France le 27 août.



Dernière manche dans le cordial bras de fer entre les alliés français et américains sur la diversité à la française.

Besson annonce ce mardi matin 17 août sur Rtl se rendre demain à Washington discuter immigration mais également intégration.

http://videos.rtl.fr/video/iLyROoaf8q7d.html

Toujours les mêmes divergences rabâchées devant le grand public : « Le modèle américain est communautariste, le modèle français intégrationniste et assimilationniste ». Mais nous n’en sommes plus du tout aux considérations théoriques mais à l’application pratique.

Les Etats-Unis ne veulent pas du terrorisme et veulent reconquérir les musulmans.

Les Etats-Unis ne veulent pas d’une jeunesse immigrée marginalisée en Europe qui basculerait dans le terrorisme.

Ils s’érigent en protecteurs des musulmans de France et des quartiers en général.

L’Ambassade américaine à Paris a achevé son quadrillage de la population des quartiers et dispose d’une base de données quasi-exhaustive de la situation.

Washington considère que l’attribution de responsabilités politiques aux leaders émergents des quartiers est prioritaire sur la réduction des inégalités socio-économiques.

Washington maîtrise le calendrier avec la remise le 27 août des conclusions officielles sur la France du Comité des Nations-Unies pour l’élimination des discriminations raciales.

Le rapporteur spécial sur la France est américain, ancien responsable de la coordination diplomatique internationale dans la lutte contre le terrorisme du temps de Georges Bush.

Un premier consensus s’est dégagé entre la France et les Etats-Unis sur les priorités en matière d’intégration mais Washington demande désormais des garanties concrètes.

Eric Besson a 10 jours devant lui..


Site de l’Ambassade US à Paris en date du 17 août :
http://french.france.usembassy.gov/



Site de l’Ambassade US à Londres, 17 août 2010



Site de l’Ambassade US à Berlin, 17 août 2010



Espagne :



Italie :



Roumanie :



Revenir en haut
Admin


Hors ligne

Inscrit le: 24 Avr 2008
Messages: 1 580

MessagePosté le: Jeu 26 Aoû - 02:52 (2010)    Sujet du message: ONU - Discriminations raciales - Rapport France 2009 Répondre en citant

CIA via Wikileaks - 25 aout 2010 : Que se passerait-il si le reste du monde considérait les Etats-Unis comme un exportateur de terrorisme ?

Le gouvernement américain minimise la portée du nouveau document classifié secret de la CIA, daté de février 2010
et diffusé ce 25 août 2010 par Wikileaks. Que contient-il ?


Citation:


Citation:


Contrairement au point de vue général, l'exportation américaine de terrorisme ou de terroristes
n'est pas un phénomène récent, pas plus qu'il n'a seulement concerné l'Islamisme radical ou des
personnes d'origine moyen-orientale, africaine ou d'Asie du Sud.

Cette dynamique dément la croyance américaine que notre société multiculturelle qui est libre, ouverte
et intégrée diminue l'attraction pour le radicalisme et le terrorisme auprès des citoyens américains.



Citation:


Si les Etats-Unis étaient vus comme un exportateur de terrorisme, les partenaires étrangers pourrait être
moins ouverts à coopérer avec les Etats-Unis dans des activités extrajudiciaires,
incluant la détention, le transfert et l'interrogatoire de suspects dans des pays tiers.

En tant que victime récente d'un terrorisme de haute portée généré à partir de l'étranger, le Gouvernement
US a disposé d'un levier significatif pour faire pression sur les régimes étrangers pour qu'ils acquiessent à des
demandes d'extradition de présummés terroristes depuis leur territoire.

Toutefois, si les Etats-Unis étaient perçus comme un "exportateur de terrorisme", les gouvernements étrangers
pourraient demander un arrangement réciproque qui impacterait la souveraineté américaine.



Citation:


La perception étrangère des Etats-Unis en tant qu'"exportateur de terrorisme" soulève également
des questions légales difficiles pour les Etats-Unis, ses alliés étrangers et les Institutions Internationales.

A cette date, les Etats-Unis ne sont pas partie prenante de la Cour de Justice Internationale et ont
poursuivi à la place des Accords Bilatéraux d'Immunité (BIAs) avec d'autres pays pour s'assurer de
l'immunité pour les ressortissants américains d'éventuelles poursuites de la CJI.

Le Etats-Unis ont menacé de supprimer l'aide économique et de retirer leur assistance militaire
aux pays qui ne s'engageraient pas dans ces BIAs.






Citation:


Soumettre un document à wikileaks :

https://sunshinepress.org/

Knowledge is suppressed because of its power to
change and only new knowledge brings meaningful change.



Cia red cell : US exporter of terrorism
http://file.wikileaks.org/file/us-cia-redcell-exporter-of-terrorism-2010.pdf


Us CIA Redcell Exporter of Terrorism 2010

Voir également :

Citation:


Julian Assange sous la menace à tout moment d'une traque européenne pour violences faite aux femmes.
Rarement la protection des victimes de violence n'aura été aussi instrumentalisée par les services secrets des Etats membres
inaugurant leur nouvelle coordination européenne.
multinational - 22 août 2010
http://multinational.leforum.eu/p2401.htm

Deux plaintes avait été déposées, l'une a été retirée. Il en reste une et rien n'empêche une seconde à nouveau d'apparaître.

Deux plaintes sont suffisantes pour qualifier ces violences d'habituelles et lancer une procédure d'interpellation européenne.

Pas d'extradition vers les Etats-Unis mais une assignation à domicile quelque part en Europe avec bracelet électronique.

Tel est le sens de la menace européenne face à Julian Assange s'il se refusait à coopérer.

C'est d'Europe et non pas des Etats-Unis que semble venir cette semonce.

Petits arrangements entre alliés.



Citation:


Voir également :

multinational - 25 août 2010
4 nouveaux agents US dans le 93 à partir de septembre
http://multinational.leforum.eu/p2404.htm

Voilà pour le volet "immigration" de la visite de Besson à Washington. Les 4 agents seront basés à Roissy et leur mission annoncée
est de sélectionner les refusés parmi les passagers en partance vers les Etats-Unis.

Paris reste évasif sur le sort qui sera fait de ces "refusés".

Rien n'est dit non plus sur d'éventuelles décisions concernant le volet "intégration" de la mission de Besson aux Etats-Unis.

Cette coopération "opérationnelle" franco-américaine dans le domaine de l'intégration était pourtant discrètement annoncée dans le contexte
d'un communiqué de presse du ministère de l'immigration en date du 31 mai 2010 ( http://multinational.leforum.eu/p2189.htm ).

Le rapporteur à l'ONU sur la France concernant la lutte contre le racisme et la discrimination est américain, ancien Directeur de la "Centrale Intelligence" du Conseil de la Maison Blanche, l'un des négociateurs en chef de la War on Terror post-septembre 2001 et ancien responsable des négociations diplomatiques "avec plus de 60 pays" concernant la guerre contre le terrorisme.

L'ONU rend ses conclusion sur la France le 27 août.



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:05 (2016)    Sujet du message: ONU - Discriminations raciales - Rapport France 2009

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Franco-Etrangers Index du Forum -> couples et familles binationales -> Documents et dossiers Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com